samedi 19 août 2017 - 18:24:45

Un air de musique traditionnelle à une école primaire du Sud

Imprimer

Des artistes du club Tiêng hat quê huong (Chant du pays natal), relevant du Palais de la culture et du travail de Hô Chi Minh-Ville, ont récemment fait une démonstration d'instruments traditionnels à des élèves de l’école primaire Minh Dao, dans le 5 e arrondissement de la mégapole du Sud.

L’école primaire Minh Dao organisait pour la première fois voici quelques semaines ce type d'évènement pour ses 800 élèves. De nombreux instruments traditionnels ont été présentés, comme la viole à deux cordes, le monocorde, le luth à caisse ronde et à deux cordes, la cithare à 16 cordes, le t’rung (xylophone en bambou, très populaire auprès des minorités ethniques des hauts plateaux du Centre), la flûte, le tam-tam (tambourin oblong), le tambourin, la cloche en bois, l'ensemble des instruments de percussion…

Le présentateur du programme, l’Artiste Émérite Pham Thuy Hoan, a fait une démonstration avec quelques morceaux: " Ca nhà thuong nhau " (Toute la famille s’aime), " Di hoc " (Aller à l’école), " Cô và me " (Institutrice et mère), " Trông com " ( (tambourin dont on frappe de 2 mains les fonds) , etc. «Ce programme est très utile pour les élèves. Car à la suite de cet évènement, ceux de 4 e et de 5 e feront un compte-rendu et décriront leurs impressions» , a fait savoir le directeur de l’école primaire Minh Dao.

Il y a trois ans, l’école primaire Minh Dao a fondé le club Dân ca (chants folkloriques) qui réunit régulièrement environ 50 jeunes. C'est un lieu de rencontre pour ceux qui aiment l’art traditionnel, il crée des conditions favorables pour que les écoliers apprennent à danser, à chanter des chansons folkloriques et à jouer des instruments traditionnels.

L’enseignement de cette musique à l’école doit être développé, afin de la démocratiser auprès des jeunes générations et "ainsi contribuer à nourrir leur sentiment patriotique dès l’enfance. Si elles acquièrent suffisamment de connaissances sur la culture et la musique folklorique, il leur sera plus facile de se défendre contre l'invasion de la culture étrangère" , a affirmé le Professeur Trân Van Khê.
Quand à Pham Thuy Hoan, il a suivi nombre de cours sur la musique folklorique à l’école, et cela lui a beaucoup apporté. "On comprend ainsi mieux l'art traditionnel et le pays. Malheureusement, ce type de programme est aujourd'hui rare. C'est un problème pour certains artistes qui s'intéressent de près à l'éducation de la musique à l'école". - AVI

Vos commentaires sur cet article ...
Autres