Chaul Chnam Thmay (qui signifie en langue khmère "entrée dans l'année nouvelle"), est l’une des plus importantes fêtes de l'année pour les Khmers. L’Agence Kampuchea Presse (AKP) propose une plongée au cœur du Nouvel An khmer célébré au mois d'avril dans les pagodes et dans chaque famille.

Au temps de la gloire d’Angkor, les patriarches des Cambodgiens modernes ont adopté le calendrier lunaire calculé en fonction de la marche de la lune, laquelle détermine les saisons.

Certains missionnaires étrangers avaient signalé vers la fin du 13e siècle que la “Nouvelle Année” chez les Khmers tombait le mois de Mikasira, premier mois du calendrier lunaire. Depuis le 7e siècle, les Khmers ont adopté un nouveau calendrier qui fait que le Nouvel An tombe le quatrième mois, soit le 13 avril ou le 14 avril du calendrier chrétien.

C’est la déesse Thongsak Devi, première fille de Kabel Moha Prum, qui accompagnera la nouvelle année 2013 à partir du dimanche 14 avril à 02h12 du matin.

L’entrée de la nouvelle année, selon l’astrologie, est fixée pendant trois jours; le premier jour s’appelle “Moha Sankranta”, du sanskrit Sankranti, la grande marche, le deuxième “Vanapata” et le troisième “Loeung Sak”, entrée dans le nouveau millésime.

D’ordinaire, les cloches et des tamtams des pagodes annoncent l’arrivée du Nouvel An mais les habitants, presque dans tous les villages, commencent par la célébration de l’accueil, depuis le matin du premier jour, de la nouvelle Devata, par l’érection des Monts de sable et par l’invitation des bonzes pour officier le Dharma, la loi bouddhique, bien que le Nouvel An arrive quelquefois tard dans la nuit, parce qu’aux temps modernes, le calendrier traditionnel khmer est établi en fonction de la double marche du soleil et de la lune. Dans la matinée du deuxième jour ont lieu les offrandes de l’aumône aux moines, et dans l’après-midi du même jour, on les invite à se baigner, après quoi, trois d’entre eux prêchent des sermons. Le troisième jour, on invite les parents, patriarches, guru (maîtres, chapelains) à prendre le bain, on demande aux bonzes d’officier des vœux aux trois joyaux (le Bouddha, le Dharma, le Sangha), aux mânes des parents et des défenseurs de la patrie et, enfin, on élargit des animaux, surtout des oiseaux, qu’on achète au marché.

A noter que les Cambodgiens ont l’habitude d’aller célébrer le Chaul Chhnam dans la pagode où l’on organise un orchestre traditionnel de Pinpeat afin, en double rôle, d’accompagner la fête et d’accueillir la venue du Nouvel An; cet orchestre n’est pas obligatoire chez les gens. 


Quelques jours avant le Nouvel An, les Cambodgiens, chef de famille et leurs enfants, entreprennent chez eux et, en plus, à la pagode, les décorations avec des fleurs des lanternes multiformes, des bougies et bâtonnets d’encens fichés sur des Monts de sable, ornés en plus de tentures et oriflammes multicolores de papier, construits tout près de la maison. En certains villages du pays, on a la coutume d’établir les monts de paddy au lieu de ceux de sable, ou bien on en érige tous deux à la fois.

Outre les rites traditionnels durant trois jours, les gens, surtout les jeunes aiment s’allonger autant de jour que de nuit aux danses et jeux populaires, tels que l’Angkunh (sorte de jeu utilisant des graines naturelles servant de billes), le jeu de Chol Chhoung, (lancer de balle faite d’une écharpe roulée accompagnée de chants), le jeu de Leak Kansèng (cache de l’écharpe aussi roulée), le jeu de halage de lanière, de Chap Kaun Khlèng (l’épervier et les poulettes), de Laut Anteak (saut du filet), de Anteak Kach, (la foudre frappe), de Khsep Ta Prohm, Ta Prohm désire; parmi les danses, on note le Trot (Troddi) mimant la chasse d’un cerf par un chasseur; la ronde Roam Vong, de chants alternés “le Ayaï” et l’interprétation de Yiké, (forme de théâtre chanté connu au Cambodge depuis des siècles, voire même le 8ème siècle).

Il est à signaler qu’à présent, certains jeux populaires disparaissaient, tels sont le jeu de Dandoeum Phlè Daung (s’emparer de la noix de coco graissée), le jeu de polo dans la nuit, le jeu de jet de l’eau parquée rouge et celui de course de pirogues de bambous.

Et voilà que chaque tradition reflète une société ancienne, c’est ainsi qu’on peut reconstituer le mode de vie antérieure d’une nation à travers ses mœurs et coutumes. La nation khmère, tout au long de son émergence plurimillénaire, s’enrichit de cultures de portes couleurs du terroir. 


De nos jours, par suite des besoins populaires, apparaissent de nouvelles distractions comme, par exemple le lancer de flèches, l’orchestre moderne, le cinéma, le théâtre, le cirque. Dans certains faubourgs, on invite un chanteur troubadour moderne à guitare à long manche recourbée à raconter tel ou tel autre épisode soit légendaire, soit d’actualité et parfois même l’orchestre de Pinpeat ou de Mohori est invité à se produire dans un lieu prévu, surtout dans la pagode pour servir la Fête. Mais quant au milieu urbain des fourmilières humaines aux costumes multicolores déambulent dans des parcs ou bien longent le bord du fleuve, du lac pour se revigorer d’une bouchée d’air frais et d’un régal des yeux. De plus, elles vont découvrir et redécouvrir la nature magnifique aux abords des sites historiques ou bien elles visitent des musées et des établissements économiques ou culturels.

Fidèles à une habitude en passe de devenir une belle tradition depuis quelque trois ou quatre décennies, les Cambodgiens ruraux comme citadins, entreprennent, à l’occasion du Nouvel An, le pèlerinage de la capitale antique qu’était Angkor où, par endroits, ils dressent leur tente provisoire pour une agréable partie de camping ou de pique-nique pendant leur visite des temples de pierre sous un ciel bleu clair d’avril.

Outre le jeu du lancer de l’écharpe roulée, le plus caractéristique du Nouvel An, les Khmers aiment aussi d’autres distractions, dont la danse populaire de “bois de cerf”, la danse de Kap Krâbei Phoeuk Sra (mise à mort du buffle), celle de Ang-Rè, (danse aux pilons).

Le Chaul Chhnam chez les Cambodgiens est un fait très marquant. Tout le monde s’efforce à cette occasion de faire de bonnes actions dans son foyer, dans des voies publiques. On est censé faire un rite d’exorcisme de l’année passée pour recevoir le bonheur et la prospérité de l’An débutant.

Les roulements de tamtams, le carillon de cloches mêlées à des vœux et à des psalmodies saluent l’heure du Nouvel An tandis que les volutes de baguettes d’encens montent des petites chapelles de bois éclairées par des bougies aux bords des routes.

Dans certaines provinces ou régions, le Nouvel An est précédé et prolongé des jeux populaires pendant un mois avant et presque un mois après l’événement. On va se rassembler dans la pagode, dans les places publiques, dans les sites historiques ou touristiques pour faire la “boum”, se distraire et, aux dires des anciens, inviter les mânes des ancêtres à rejoindre cette atmosphère heureuse et à célébrer la gloire d’antan. -VNA