Hanoi  (VNA) - Le Vietnam possède un fort potentiel de développement du tourisme maritime et insulaire. Mais ce secteur a beaucoup souffert des impacts engendrés par le changement climatique.  

Nha Trang (province centrale de Khanh Hoà), une destination appréciée des touristes.

Le Vietnam possède des atouts importants pour développer le tourisme maritime. Le pays recense plus de 125 plages, grandes et petites, dont 20 répondent aux normes internationales. Les stations balnéaires vietnamiennes sont baignées par des eaux calmes et cristallines, où les touristes peuvent nager en toute quiétude et pratiquer tout un panel de loisirs. Outre de superbes paysages naturels, les régions maritimes et littorales sont dotées de hautes valeurs socioculturelles, constituant un autre point fort du tourisme maritime.

Le long de la côte vietnamienne, le Centre dispose de nombreuses îles et baies magnifiques comme Vân Phong, Lang Cô et Nha Trang. Ces deux dernières font partie du club très fermé des 30 baies les plus belles du monde... L'hospitalité des habitants, la douceur de la nature et l'abondance des patrimoines culturels reconnus par l'UNESCO (grotte Phong Nha-Ke Bàng, ancienne cité impériale de Huê, musique de cour Nha nhac de Huê) font aussi la renommée de la région. De plus, les provinces du Centre veillent au développement de l'industrie sans fumée en investissant dans des programmes de promotion touristique. Tous les ans, les festivals maritimes des provinces comme Quang Nam et Khanh Hoà sont organisés en grande pompe. Ces événements permettent d'attirer des touristes tant vietnamiens qu'étrangers. Le festival maritime de Nha Trang 2009, qui a eu lieu du 6 au 12 juin, a attiré à lui seul 62.000 touristes dont 6.100 étrangers.

La ville balnéaire de Nha Trang possède beaucoup d'îles notamment Hon Tre, Hon Tam, Hon Mun. La plus grande île de la magnifique baie de Nha Trang, Hon Tre abrite Vinpearl Land, où des hôtels de haut de gamme et un centre de loisirs fascinant sont à la disposition des voyageurs.


Le changement climatique a un mauvais impact sur le tourisme.

Ayant bien compris les atouts dont regorgent le Centre, les agences de voyage proposent de nombreux tours intéressants. À Nha Trang, les touristes qui se rendent sur l'île de Hon Mun peuvent embarquer à bord d'un navire dont le plancher est en verre, permettant de voir le monde sous-marin (récifs de corail, animaux marins). Hon Môt propose des plateaux de fruits de mer délicieux. Hon Tam propose des services de loisirs sportifs comme motonautisme, ski nautique, voile...

Le tourisme maritime enregistre des progrès notoires. Les régions maritimes et littorales attirent annuellement 60% des voyageurs étrangers au Vietnam et 50% des touristes locaux. Elles représentent 60% des revenus provenant du tourisme national.

Le tourisme maritime pâtit du changement climatique

Le tourisme maritime et insulaire du Vietnam est en vogue, mais menacé par le changement climatique. Parmi les pays d'Asie du Sud-Est, le Vietnam sera le plus touché par les conséquences du changement climatique, en raison notamment de l'élévation du niveau de la mer, d'après les études de la Banque mondiale. Précisément, si le niveau de la mer monte d'un mètre, 5,2% de la superficie naturelle et 10% de la population seront affectés. D'après Lê Trong Binh, doyen de la faculté de gestion urbaine à l'Institut de formation des cadres gestionnaires dans la construction et l'urbanisation, la montée du niveau de la mer abîmera les ressources du tourisme et endommagera les côtes.

Birdlife International a révélé que si le niveau de la mer montait d'un mètre, 46 réserves naturelles (représentant 33% du total des réserves naturelles du Vietnam) seraient altérées. Ces informations ont été analysées à la mi-novembre lors du colloque sur les influences du changement climatique sur la gestion et le développement du tourisme au Vietnam.

Autre point, le changement climatique a pour effet d'accentuer la fréquence et l'intensité des phénomènes climatiques exceptionnels comme les typhons, les inondations et les tornades. Ainsi, "la possibilité d'organiser des programmes touristiques en plein air sera réduite", déclare le vice-directeur de l'Institut de recherche et de développement du tourisme, Pham Trung Luong. Autrement dit, faute de beau temps, de nombreux circuits touristiques seront annulés. "Les frais destinés à pallier le surcoût engendré par les éventualités de mauvais temps feront augmenter le prix des tours", précise le vice-directeur Pham Trung Luong. Les touristes choisiront donc des destinations plus propices, avec un prix plus abordable.

Le changement climatique a un mauvais impact sur le tourisme. Une question se pose : comment faire pour atténuer les retombées négatives du changement climatique sur l'industrie sans fumée ? Question qui pour le moment reste sans réponse.

Le tourisme du Nord en surchauffe

Depuis 1920, la température moyenne au Vietnam a augmenté de 0,2°C à 1°C selon les régions, avec une nette accélération au cours des 30 dernières années écoulées. Ces données ont été fournies par le Département de protection de l'environnement (relevant du ministère des Ressources et de l'Environnement). La hausse de la température moyenne rallonge l'été. Ce qui nuit au tourisme de Hanoï et des provinces du Nord, puisque les touristes étrangers privilégient l'automne, l'hiver et le printemps où les températures sont beaucoup plus clémentes, comprises entre 15°C et 22°C. -CVN/VNA