vendredi 18 août 2017 - 04:35:34

Succès de la crevetticulture sur sable à Quang Nam

Imprimer

L’élevage des crevettes à pattes blanches dans des zones sableuses incultes, mis en œuvre par la province de Quang Nam, est l'un des modèles aquacoles les plus efficaces dans les provinces côtières du Centre. Quang Nam est l’une des localités qui a déployé ce modèle et elle compte désormais 300 ha de bassins, concentrés dans les districts de Nui Thành et Thang Binh.

La crevetticulture sur sable, principalement l’élevage de la crevette géante tigrée, la province de Quang Nam l’a commencée en 2005. En 2007, certaines familles de la province ont appris les techniques d'élevage et ont commencé à l'appliquer.

Selon Nguyen Dinh Son, chef du Département de l'agriculture et du développement rural, le district de Nui Thanh a la plus grande zone d'élevage des crevettes sur sable de la province, avec 183 ha en 2013. Les communes qui ont des modèles à haute efficacité sont Tam Hoà, Tam Tiên et Tam Hai.

Les autorités du district ont élaboré un plan et ont donné des indications concernant le zonage. Des cadres du district et des fonctionnaires du ministère de l'Aquaculture de la province de Quang Nam sont allés sur place pour guider les gens sur la façon de construire les plans d’eau.

Nous avons suivi Lê Van Phu, spcialiste d’aquaculture et vétérinaire, pour visiter des familles qui ont un modèle d'élevage de haute efficacité dans le village de Hoà An (commune de Tam Hoà, district de Nui Thành). « Dans le passé, Hoa An était le village le plus pauvre de la commune. Depuis que l'élevage des crevettes à pattes blanches est pratiqué, il a fait peau neuve», a confié Phu avec joie.

À l'heure actuelle, la commune compte plus de 800.000 m² de bassins de crevetticulture. Les pionniers ont débuté en 2006, comme les familles de Huynh Van Quyên et Dô Van Luu. Phu a déclaré: «Au début, seules quelques familles se sont lancées. A présent, 90% de la population de Hoà An et plus de 50% de celle du village de Hoà Binh (commune de Tam Hoà, district de Nui Thành) vivent de cette filière».

Sur recommandation de Phu, nous sommes allés dans la famille de Pham Ngoc Thao, du village de Hoa An.

Selon Pham Ngoc Thao, cette année, c'est la 6ème que sa famille pratique cet élevage. Les premières années, sa famille avait 1-2 bassins pour élever les crevettes, mais 7 désormais. En moyenne, sa famille a trois récoltes par an. Chaque culture dure 90 jours. Après chaque récolte, Thao demande aux travailleurs d’assainir les bassins.


Cette zone, a-t-il dit, est particulièrement appropriée pour l’astaciculture. La rivière Truong Giang coule le long du village, ce qui permet de rejeter facilement l'eau après chaque récolte.


Dans chaque bassin, on peut laisser environ 40.000 alevins de crevettes d’un coût total de 3.500.000 dôngs. L'année dernière, sa famille a récolté 70 % du nombre des alevins. Un succès et le rêve de nombreux éleveurs. Car l’élevage dépend de nombreux facteurs tels que météo, maladies.


La branche de l'Aquaculture de la province de Quang Nam mène également une enquête, et planifie la construction « d'étangs propres ». Selon ce plan, chaque ménage aura un étang privé pour le traitement de l'eau avant son rejet dans l'environnement.


Sur le ferry qui s'éloignait du village de Hoà An, nous avons vu clairement les changements intervenus sur cette terre. Il y a quelques années, cette région était un vrai désert de sable. Maintenant, elle est devenue l’«île des crevettes ». L'astaciculture a aidé les habitants de la commune pauvre de Tam Hoà à s'enrichir. VI/VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres