«Nous sommes tout près de la première génération à être débarrassée du VIH/sida», s'est félicité lundi le secrétaire général de l'ONU, lors d'une réunion de l'Assemblée générale sur la mise en œuvre de la Déclaration d'engagement sur le VIH/sida.

« L'Objectif du Millénaire pour le Développement d'inverser et de mettre un terme à la propagation du VIH/sida d'ici à 2015 est en passe d'être atteint », s'est-il réjoui.

Il a fait savoir que l'épidémie avait été stabilisée dans plus de 56 pays et que le nombre de nouvelles infections avait chuté d'un cinquième depuis 2001. Il nous faut à présent étendre la thérapie antirétrovirale, a souligné M. Ban pour qui c'est là un «impératif des droits de l'homme» et «une nécessité de santé publique».

Le secrétaire général a ensuite déploré que le risque que les femmes et les filles soient infectées par le VIH/sida demeure «inadmissiblement élevé». Une jeune femme est infectée chaque minute et l'accès des enfants au traitement demeure trop faible, a-t-il ainsi regretté.

Le Président intérimaire de l'Assemblée générale des Nations unies, Rodney Charles, a, pour sa part, déclaré que le taux de nouvelles infections et de mortalité due au sida a continuellement diminué.

« Pour la première fois, il y a plus de personnes vivant avec le VIH qui ont accès au traitement (54%) que celles qui n'en ont pas », a-t-il poursuivi, ajoutant que moins d'enfants mouraient aujourd'hui du sida, « ce qui nous ouvre la voie à une génération sans sida ».

« Toutefois, de nombreux défis restent », a-t-il relevé, précisant que la moitié des personnes affectées par le HIV n'avaient pas accès aux traitements et que de nouvelles infections au HIV et des décès dus au sida continuaient d'augmenter dans certaines parties du monde.

Le Président intérimaire a enfin lancé un appel pour, qu'à moins de 1000 jours pour atteindre les objectifs de la Déclaration politique de 2011, toutes les parties accélèrent leurs efforts dans le domaine de la riposte au sida.

Enfin, l'Assemblée générale a adopté une décision par laquelle elle décide d'inscrire à l'ordre du jour provisoire de sa soixante-huitième session la question intitulée « Mise en œuvre de la Déclaration d'engagement sur le VIH/sida et des Déclarations politiques sur le VIH/sida » de 2006 et 2011. - VNA