Sept chefs-d’œuvre de la littérature russe traduits en vietnamien sont présentés le 14 octobre à Hanoi. Photo: internet



Le Centre scientifique et culturel russe et le Fonds d'assistance à la promotion des littératures russe et vietnamienne ont présenté, mercredi 14 octobre à Hanoi, les versions vietnamiennes de sept chefs-d’œuvre de la littérature russe.

Il s’agissait de « Cô gai không cua hôi môn » (La fille sans dot) d'Alexandre Ostrovski, « Du ngoan vong quanh châu A » (Un voyage en Asie) de Vyazemskyi A, « Chu nghia Marx va Triet hoc ngon ngu » (Le marxisme et la philosophie du langage) de Valentin Voloshinov,  « Giao doàn nha tho » (Gens d’église) de Nicolas Leskov,  « Nguoi chong vinh cuu » (L'éternel mari) de Dostoevskyi, « Tuân dêm » (La patrouille de nuit) de Sergei Lukyanenko, et « Chàng ngôc » (L’Idiot) de Fiodor Dostoïevski.

Les nombreuses générations vietnamiennes qui ont lu des livres publiés à l'époque de l'ex-Union soviétique (URSS) ont gardé une bonne impression sur le pays et les Russes. Beaucoup de ces livres ont motivé les Vietnamiens à  combattre pour la libération et l’édification nationales. Le gouvernement vietnamien soutient depuis 2012 un projet de traduction d’œuvres littéraires russes en vietnamien et d’œuvres vietnamiennes en russe, au bénéfice de la coopération et de l’amitié entre les deux peuples, a partagé Nguyen Xuan Thanh, représentant du Département d’édition, d’imprimerie et de diffusion du ministère vietnamien de l’Information et de Communication.

La directrice du Centre scientifique et culturel russe à Hanoi, Elena Robertovna Zubtsova, a estimé que les livres traduits en vietnamien permettraient d’attirer de jeunes lecteurs vers des œuvres de qualité de la littérature russe contemporaine. Elle a souhaité que ce projet se poursuive afin d’enrichir la collection d’œuvres russes dans les bibliothèques, les écoles et les organisations sociales du Vietnam.

De son côté, le traducteur Hoang Thuy Toan, qui est aussi directeur du Fonds d'assistance à la promotion des littératures russe et vietnamienne, a indiqué : "Nous n’avons fait qu’un tiers du chemin. Après ce projet, il y en aura peut-être un autre, espérons-le. Nous avons une très grande difficulté concernant les traducteurs. La Russie est prête à nous aider, mais il nous manque des traducteurs. J’espère que la publication de ces œuvres encouragera les amoureux de la littérature russe et qui sont capables de traduire à participer à ce projet".

A ce jour, le Fonds d'assistance à la promotion des littératures russe et vietnamienne a fait traduire et publier 25 œuvres littéraires russes en vietnamien et une œuvre vietnamienne en russe. -VNA