Photo d'illustration. Source : internet

L’Agence japonaise des affaires culturelles, le Département du droit d’auteur du Vietnam et l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) organisent les 5 et 6 août à Ho Chi Minh-Ville un séminaire sur le droit d’auteur et droits connexes, et autres questions en la matière.

A cette occasion, les délégués abordent la protection de ces droits au Vietnam, le système juridique international en la matière, la création de l’équilibre entre la protection du droit d’auteur et l’intérêt public, l’importance du développement du système national de protection du droit d’auteur.

Lors du séminaire, Vu Ngoc Hoan, directeur adjoint du Département national du droit d’auteur, a insisté qu’au Vietnam, le numérique crée de nouvelles modalités d’exploitation et d’utilisation illégale des créations de toutes sortes. Aussi la protection du droit d’auteur et droits connexes reste-t-il un grand défi. Pour l’heure, le Vietnam n’applique pas encore de sanctions sévères car il n'a pas encore ratifié les traités de l’OMPI.

Selon cet expert, pour limiter les violations, il est nécessaire d’élever la conscience des gens. Dans les temps à venir, ce département continuera de perfectionner l'arsenal juridique.

D’après Mme Yui Ema, une officielle de l’OMPI, la participation aux traités internationaux permet aux auteurs de protéger leurs oeuvres. En plus, ces oeuvres sont exploitées hors des frontières nationales.

Par exemple le traité de l’OMPI sur le droit d’auteur (WCT) protège les oeuvres numériques, le traité de Beijing les oeuvres audiovisuelles, le traité de Marrakech facilite l’accès des malvoyants aux oeuvres publiées... -VNA