Lozi, une start-up de marketing culinaire, a produit une profonde impression avec l’attrait  d'un million de dollars d’investissement de l’entreprise singapourienne Golden Gate Ventures et du groupe japonais DesignOne Japan. Photo: internet

Hanoi (VNA) - Les start-up de haute technologie du Vietnam attirent l'attention des investissements privés étrangers parce qu'ils ont confiance en le talent de la jeunesse vietnamienne.

Selon Reuters, les jeunes talents au Vietnam peuvent absolument créer des produits à succès, même meilleurs que le jeu sur mobile Flappy Bird de Nguyen Ha Dong.

Le mois dernier, les deux géants financiers Goldman Sachs et Standard Chartered PLC ont augmenté leur investissement dans le service de porte-monnaie électronique MoMo, avec un montant de 28 millions de dollars. Et le fonds de capital-risque 500 Startups a annoncé la mise en place d'un fonds de 10 millions de dollars destiné aux start-up dans le cadre du projet de Vietnam Silicon Valley.

Le Vietnam connaît une forte croissance de ses start-up dans le secteur des technologies. Trois ans après le succès retentissant de Flappy Bird de Nguyen Ha Dong, le Vietnam est devenu un centre de fabrication de Samsung Electronics en Asie du Sud-Est. Les entreprises opérant de longues années au Vietnam telles que LG Electronics, Panasonic ou Toshiba ont également élargi leurs activités de recherche et de développement.

Les points intéressants du Vietnam sont, primo, une main-d'œuvre à plus bas coût qu’en Chine; secundo, le fait que le pays est membre de l'Alliance commerciale trans-pacifique et a conclu un accord de libre-échange avec l’Union européenne; et tertio, les incitations du gouvernement vietnamien pour attirer des investisseurs, qui sont plus attrayantes que dans les pays voisins.

En outre, l'âge moyen des personnes «tech-savvy» au Vietnam est de seulement 30 ans, créant un avantage majeur pour les start-up. «​Au Vietnam, les étudiants en informatique ont un niveau très élevé», a estimé Neil Fraser, un ingénieur logiciel chez Alphabet après une visite d'écoles vietnamiennes. «J’ai vu comment ils font les tests. Les élèves de 11e classe peuvent passer les tests de compétences difficiles lors des entretiens de recrutement de Google», a-t-il ajouté. -CPV/VNA