Hanoi (VNA) - Trois marins vietnamiens parmi les 26 otages asiatiques libérés par les pirates somaliens qui les détenaient depuis mars 2012 après avoir attaqué leur bateau de pêche, sont revenus sains et saufs à Hanoi le 25 octobre.

Les proches des trois marins vietnamiens kidnappés par des pirates somaliens côtoyaient au terminal T2 de l’aéroport international de Nôi Bài. Photo : VietnamPlus

Nguyên Van Ha, Nguyên Van Xuân, tous âgés de 35 ans et domicilés dans la province de Hà Tinh (Centre) et Phan Xuân Phuong, âgé de 27 ans et domicilé dans la province de Nghê An, ont atterri vers 14h00 à l’aéroport international de Nôi Bai où ils sont attendus par leurs familles.

Posant le pied à Nôi Bai, je suis ému jusqu’aux larmes, après tant d’années d’attente, je peux aujourd’hui rentrer chez moi. Je voudrais remercier tout le monde, a confié Nguyên Van Ha.

Les trois ​marins vietnamiens ont été ensuite transportés à l’hôpital pour subir des tests médicaux, avant le retour à leur pays natal prévu le 26 octobre.

L’équipage du Naham 3, qui avait été attaqué par les pirates au sud des Seychelles, était composé de marins originaires du Cambodge, de Chine, d’Indonésie, des Philippines, de Taïwan (Chine) ou du Vietnam.

Les pirates avaient d’abord pris 29 personnes en otage, mais une personne était morte pendant l’attaque et « deux ont succombé en raison de maladies » pendant leur captivité, selon l’organisation Oceans Beyond Piracy (OBP) qui a mené avec l’aide de ses partenaires les négociations avec les pirates.

Le marin Nguyên Van Ha dans les mains de ses proches, le 25 octobre à Hanoi. Photo: VietnamPlus
Les otages enfin libérés après avoir enduré un calvaire infernal durant ces 55 mois ont été accueillis à Nairobi, la capitale et la plus grande ville du Kenya, dimanche 23 octobre, et ont été rapatriés dans leur pays d’origine.

Le chef du bureau de protection du citoyen du Département des affaires consulaires du ministère vietnamien des Affaires étrangères, Dô Anh Tuân, a fait savoir que lors de ces deux dernières semaines d’affilée, l’ambassade du Vietnam en Tanzanie et l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) ont travaillé jour et nuit pour rapatrier les marins vietnamiens.

Il s’agissait de la deuxième captivité la plus longue aux mains de pirates somaliens, juste derrière des pêcheurs thaïs relâchés en février 2015 après près de cinq ans de captivité également.

Les premiers bateaux de commerce victimes de pirates somaliens avaient été attaqués en 2005. Ces attaques étaient devenues un danger pour la navigation internationale. Au plus fort de la crise en janvier 2011, les pirates détenaient 736 otages et 32 bateaux. -VNA