Photo: CTV
Hanoi (VNA) - Les officiels et experts vietnamiens et étrangers à une conférence tenue jeudi à Hanoi se sont penchés sur l’amélioration de l’efficacité de la coopération agricole durant la nouvelle période d’intégration internationale.

«Le Vietnam a, après 30 ans de rénovation et d’intégration, enregistré de grandes performances socioéconomiques avec les contributions actives de l’agriculture», a indiqué le vice-ministre des Affaires étrangères Bui Thanh Son.

L’intégration à l’économie mondiale contribue au développement de l’agriculture, un secteur d’export majeur du pays ayant dégagé un chiffre d’affaires de 31 milliards de dollars en 2014, onze de ses groupes de produits ayant dépassé le milliard de dollars d’exportations.

 

«Le Vietnam est devenu un des premiers exportateurs mondiaux de riz, caoutchouc, café, noix de cajou et produits aquatiques», a précisé le vice-ministre Bui Thanh Son.

En 2015, le Vietnam a signé des accords de libre-échange avec la République de Corée, l’Union économique eurasiatique (UEEA), achevé les négociations sur le libre-échange avec l’Union européenne et le Partenariat transpacifique (TPP).

Les produits agricoles vietnamiens pourront accéder à de nouveaux marchés et bénéficier des privilèges douaniers mais devront en même temps faire face à une concurrence de plus en plus  âpre tant sur le marché domestique que sur les débouchés étrangers.

«Cette conférence vise à créer un cadre pour l’échange sur les opportunités et défis comme les mesures destinées à dégager les difficultés et obstacles à l’accès au marché international pour les produits agricoles vietnamiens», a indiqué le vice-ministre Bui Thanh Son.

«En outre, elle offre aux localités, associations et entreprises vietnamiennes des opportunités de connexion avec organismes de représentation et entreprises étrangers dans la coopération et l’échange commercial des produits agricoles», a ajouté le responsable.

​Le vice-ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Ha Cong Tuan, a récemment prédit que le TPP aidera le Vietnam à attirer davantage d’investisseurs étrangers. Ce sera aussi une bonne opportunité d’effectuer la restructuration du secteur agricole avec l’application de nouvelles technologies.

Le Docteur Bùi Chi Buu, directeur de l’Institut des sciences et des technologies agricoles du Sud, a récemment estimé que l’agriculture vietnamienne montre encore des points faibles, notamment de petites exploitations agricoles et des technologies dépassées.

A présent, le Vietnam se classe 4e du monde en nombre de porcs, 6e en productivité porcine et 2e en nombre et productivité de canards. «Le secteur de l’élevage rencontre aussi des difficultés car son niveau de développement est plusieurs fois inférieur à celui du Canada, de l’Australie, des Etats-Unis», a estimé le chef adjoint du Département de l’élevage Nguyen Xuan Duong.

La main-d’œuvre qui représente 60% dans la production agricole alors qu’elle n’est que de 3% dans les pays ayant une agriculture développée alors que le coût de production de leurs produits est beaucoup moins élevé qu’au Vietnam, donne aussi matière à réflexion.

Le gouvernement vient d’approuver la Stratégie d’intégration internationale de l’agriculture et du développement rural jusqu’en 2030, visant à promouvoir le rôle de l’intégration économique internationale pour créer un environnement favorable, augmenter les ressources, élargir les marchés en vue de développer l’agriculture vietnamienne durablement et efficacement, de créer de nombreux emplois et d’élever les revenus des habitants. – VNA