Hanoi (VNA) - Lire est redevenu une habitude pour beaucoup de Vietnamiens. Il faut dire que les maisons d’édition sont de plus en plus prolifiques et que les lecteurs ont par conséquent beaucoup plus de choix.

Photo: tiin.vn
​Depuis quelques années, les salons du livre attirent toujours des foules, chaque fois plus nombreuses. Les parents y amènent leurs enfants, leur achètent des bouquins et en choisissent quelques-uns pour en faire cadeau à des amis et à des proches. Quant aux étudiants, ils y vont non seulement pour les livres mais aussi pour les divers séminaires qui sont organisés à cette occasion. En milieu rural, enfin, les bibliothèques communes et les échanges de livres se généralisent.

Photo: VOV.
« Le public est de plus en plus motivé. Je me rappelle le dernier salon du livre de Ho Chi Minh-ville, il y avait ​des lecteurs de tous les âges, de tous les milieux sociaux. Les rencontres entre auteurs et lecteurs étaient bondées. Il y avait des livres qui attiraient autant les enfants que leurs parents, comme ceux de Nguyen Nhat Anh. Je crois que les livres qui ont du succès sont ceux qui permettent la transcendance de l’âme. », a dit Do Quy Doan, président de l’Association des éditeurs vietnamiens.

Photo: tiin.vn
Chaque année, des dizaines de milliers de livres sont publiés. En 2015, les services compétents ont enregistré plus de 29.000 livres ayant fait l’objet d’un dépôt légal et plus de 2700 publications électroniques.

« En tant qu’entreprise, chaque maison d’édition doit servir un public divers. Pour ceux qui veulent juste se distraire, elle peut leur proposer des œuvres purement divertissantes. Mais elle doit aussi avoir des œuvres très spécialisées pour les étudiants et les chercheurs. L’important est de répondre aux demandes variées des lecteurs sans pour autant proposer de publications trop mauvaises », a dévoilé Nguyen Anh Vu, directeur de la maison d’édition de la Littérature.

C’est pour que les habitants des campagnes puissent, eux aussi, jouir du plaisir de lire que Nguyen Quang Thach a monté un projet qui consiste à mettre des livres à leur disposition. Mais pas n’importe lesquels...

Photo: tiin.vn
Les mauvaises traductions, les livres mal faits… tout ça est inacceptable. Nous allons dénoncer ces pratiques sur les réseaux sociaux. Personnellement, je vais créer des groupes de vérification de la qualité des livres.

Si auparavant, chaque maison d’édition ne pouvait produire que quelques dizaines de titres par an, aujourd’hui, ce chiffre atteint facilement 100, voire 200. Ce que les lecteurs souhaitent, c’est que cette croissance quantitative aille de pair avec une amélioration de la qualité. -VOV/VNA