Ta Hoang Linh, directeur adjoint du Département de promotion du commerce. Photo: VNA

Hanoi (VNA) – Malgré une hausse des exportations ​sur les marchés africains et moyen-orientaux, les entreprises nationales sont loin d'exploiter les importants potentiels de ces derniers.

Par ailleurs, les exportations vietnamiennes sont moins compétitives que celles de Chine, de Thaïlande, d'Indonésie, de Malaisie... en termes de qualité comme de prix.

Telles sont les estimations des participants au séminaire "Promotion du commerce avec les marchés d'Afri​que et du Moyen-Orient", organisé jeudi à Hanoi par le Département de promotion du commerce du ministère de l'Industrie et du Commerce.

Ta Hoang Linh, directeur adjoint de ce département, a rappelé que le Vietnam et ces pays entretenaient des relations de coopération de longue date et attachaient toujours de l'importance à l'intensification de leurs relations d'amitié traditionnelle.

A ce jour, le Vietnam a établi des relations avec 70 pays de cette région et ​les échanges commerciaux ont sextuplé ​en atteignant 16 milliards de dollars lors de ces dix dernières années.

​D'une superficie de plus de 36 millions de km2 et peuplée de près de 1,5 milliard d'habitants, les régions d'Afrique et du Moyen-Orient ​ont besoin d'importer un certain ​de nombreux produits ​constituant les exportations majeures du Vietnam. Elles ​sont donc ​des marchés ​de forts potentiels, regorgeant d'opportunités pour les entreprises vietnamiennes.

Ngo Khai Hoan, directeur adjoint du Département des marchés d'Afrique, d'Asie de l'Ouest et d'Asie du Sud du MIC, a ajouté que les régions d'Afrique et du Moyen-Orient ​ont d'importants besoins de vivres, de denrées alimentaires, de produits agricoles, de produits aquatiques, de biens de consommation, de lait...

La demande est également élevée ​en matériaux de construction, ​en fils et câbles électriques, ​en meubles, en machines et matériels de bureau..., produits qui sont aussi des atouts du Vietnam.

En 2015, le Vietnam y a exporté 6,28 milliards de dollars de téléphones et d'accessoires, représentant 62% des exportations ​nationales sur ces marchés, contre 37,5 millions de dollars en 2009.

Selon Le Thai Hoa, chef adjoint du département ​précité, pour intensifier les exportations ​sur ces marchés, les entreprises vietnamiennes doivent revoir leur stratégie de ​croissance, élever leur compétitivité, développer des ​réseaux de distribution, prendre part activement à des activités de promotion du commerce, et mieux exploiter les avantages préférentiels résultant des accords de libre-échange.

Par ailleurs, elles doivent étudier minutieusement les caractéristiques socioculturels de ces pays ​afin de proposer des produits sur mesure, et ​entretenir des relations entre elles. -VNA