Nguyên Xuân Phuc, Premier ministre du gouvernement du Vietnam. Photo: VOV

Hanoi (VNA) - M. Nguyên Xuân Phuc a été élu le 6 avril par l’Assemblée nationale (AN) en tant que Premier ministre. Dans son discours d’investiture, il a fixé le cap ​de son gouvernement, ainsi que ses priorités pour les cinq années à venir.

Stabilisation de l'économie, poursuite de la croissance, défense de la souveraineté nationale, lutte contre la corruption, les catastrophes naturelles, la sécheresse et la salinisation... Le gouvernement de Nguyên Xuân Phuc devra se battre sur tous les fronts.

Poursuivre la croissance

M. Nguyên Xuân Phuc a assuré que la croissance économique sera la priorité numéro un de son gouvernement, et ce sur fond d’intégration active au tissu économique mondial. M. Trân Hoàng Ngân, député d'Hô Chi Minh-ville, se sent tout à fait en phase avec les propos du nouveau chef du gouvernement.

«Plus l’intégration ​au monde se poursuit, plus la concurrence est rude. Il est donc essentiel de rendre notre environnement d’affaires plus transparent et plus favorable aux investisseurs. Mais il faut aussi former des ressources humaines qualifiées et innover dans le domaine technologique. C'est absolument indispensable. Jusqu’à présent, les entreprises vietnamiennes ont peu investi dans les sciences et les technologies, faute de financement. Je demande donc au nouveau gouvernement de leur accorder des aides ​afin qu’elles puissent accroître leurs investissements dans ce domaine».

Avec 10 accords de libre-échange signés et six autres en cours de négociation, le Vietnam est une économie dynamique. Même si ces accords lui offrent bien sûr de nombreux avantages, ils donnent aussi des défis d'importance au pays, notamment pour le secteur privé qui, tout en étant considéré comme le moteur de la croissance, n'en reste pas moins fragile. Aussi M. Pham Trong Nhân, député de la province de Binh Duong (Sud), a-t-il demandé au nouveau gouvernement d'attacher davantage d'importance à ce dernier.

«Le regard que portent le Parti et l’État sur le secteur privé a beaucoup évolué ces dernières années, ce qui correspond d'ailleurs à la tendance générale. J'en veux pour preuve que la résolution du XIIe Congrès national du Parti précise que le secteur privé est désormais considéré comme le moteur de la croissance. Le gouvernement s'est engagé à favoriser son développement pour élever la compétitivité de l’économie nationale comme pour donner plus d'autonomie à ses acteurs. Pour ma part, j'espère vraiment que le nouveau gouvernement aura à coeur de soutenir les entreprises privées et qu'il mettra en place des dispositifs utiles à cet effet».

M. Lê Công Dinh, député de la province de Long An (Sud), a de son côté insisté sur la nécessité de développer l’agriculture, en faisant valoir que les sept dixièmes de la population vietnamienne en vivent, alors que ce secteur ne représente que de 17 à 19 % du PIB national.

«Pour développer durablement l’agriculture, il faut tout d’abord améliorer la compétitivité des produits agricoles vietnamiens. Il y a encore des problèmes de dispersion et de qualité qui doivent être réglés au plus vite. Il faudrait aussi en finir avec les filières qui ne sont pas assez compétitives et fixer des orientations plus appropriées pour la suite. Enfin, il est nécessaire de mettre en place une stratégie de développement pour chaque produit agricole et d’améliorer les capacités des agriculteurs vietnamiens à gérer ​des productions de grande échelle».

Défendre la souveraineté nationale et développer l’économie maritime

M. Nguyên Xuân Phuc a aussi assuré qu'il ferait de la défense de la souveraineté nationale et de l’intégrité ​du territoire une mission sacrée. Nombreux sont les députés qui estiment que des mesures doivent être prises aussi bien sur le plan politique que sur les plans diplomatique, économique et de la Défense. Mme Nguyên Thi Phuc, députée de la province de Binh Thuân (Centre), a proposé d'associer étroitement défense de la souveraineté nationale et développement de l'économie maritime.

«Je demande au gouvernement d’accorder plus d’importance au développement de notre économie maritime et de la considérer comme une méthode efficace pour ​préserver la souveraineté nationale. Mais il faut ​aussi voir si les mesures prises ​pour les pêcheurs sont pertinentes, lutter contre la salinisation, construire des refuges pour les bateaux en cas d'intempéries, ainsi que moderniser les infrastructures routières sur les îles.»

Renforcer la lutte contre la corruption

Dans son discours, le Premier ministre a promis de mener une lutte sans merci contre la corruption. Il a été chaleureusement applaudi, notamment par M. Bui Manh Hung, député de la province de Binh Phuoc (Sud), qui a estimé qu'en dépit des lois sur la lutte contre la corruption et sur la lutte contre les gaspillages, il restait encore beaucoup à faire. Force est de constater qu'aujourd'hui, la corruption ne se limite plus au secteur économique, elle s’étend à d’autres secteurs et prend de l'ampleur. Devant cette situation, le gouvernement doit considérer ces luttes comme une mission particulière et faire preuve de plus de détermination.

Ces cinq dernières années, le Vietnam a obtenu d'importants acquis en matière de développement socioéconomique. Il n'empêche. Les cinq années à venir seront semées d’embûches. Aussi M. Nguyên Xuân Phuc a-t-il décidé de doter le Vietnam d'un véritable gouvernement d'action, capable de le conduire sur la voie du développement durable. -VOV/VNA