Hanoi (VNA) - Chaque jour, neuf enfants se noient au Vietnam. Des mesures sont prises pour y faire face, dont l’apprentissage de la natation. La mobilisation du secteur privé est également poursuivie.

Les leçons de natation sont particulièrement nécessaires pour prévenir les noyades chez les enfants. Photo: VNA

Moment idéal pour se détendre et se détacher de la routine et du stress du quotidien, les vacances d’été sont, pour les enfants, l’occasion de se mettre ou de se remettre à la natation. Cependant, c’est aussi le moment où ils sont le plus exposés aux risques de noyade. Une réalité alarmante !

La noyade est la première cause de décès par traumatisme non intentionnel chez les enfants au Vietnam. On estime que de 3.000 à 4.000 enfants et adolescents se noient chaque année, soit 9 par jour.

Selon des données du Département de la protection et des soins des enfants du ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales, le nombre de noyades d’enfants au Vietnam est 8 à 10 fois plus élevé que dans les pays développés.

Des mesures avancées

«Les autorités, les parents et les enfants eux-mêmes sont peu conscients de ce problème. L’apprentissage de la natation rencontre encore de nombreuses difficultés, notamment en raison du manque de maîtres nageurs et de piscines, en particulier dans les zones en difficulté comme les communes pauvres», explique Vu Thi Kim Hoa, chef adjointe du Département de la protection et des soins des enfants.

Selon une enquête de ce département, seulement 35% des enfants dans le delta du Mékong et 10% dans celui du fleuve Rouge savent nager. Et ce taux est encore  plus faible en zone montagneuse, tandis qu’il est plus bas en ville qu’en zone rurale. «Ce qui explique le risque particulièrement élevé de noyade chez les enfants», estime Dang Hoa Nam, chef du Département de la protection et des soins des enfants.

Devant ce problème, le ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales élabore un projet de politiques d’aide à la prévention de la noyade chez les enfants. L’objectif est qu’en 2020, plus de 80% des enfants âgés de 6 à 15 ans sachent nager et maîtrisent les techniques de sécurité en milieu aquatique. La totalité des villes et provinces devront renforcer leurs réseaux d’enseignement de la natation et de la sécurité en milieu aquatique, et faire en sorte de disposer d’un corps de maîtres nageurs suffisant, dans le cadre du programme national de généralisation de l’apprentissage de la natation. La totalité des communes et des quartiers devront supprimer les facteurs de risques de noyade chez les enfants.

Depuis des années, le ministère de l’Éducation et de la Formation prend des circulaires à l’attention des différentes provinces, les enjoignant à mettre en place des cours de natation en milieu scolaire. Grâce à des assistances financières et techniques mobilisées auprès de diverses sources, des piscines mobiles sont installées dans des établissements scolaires, mais en trop faible nombre.

Mobiliser la participation du secteur privé

Seulement 35% des enfants dans le delta du Mékong et 10% dans celui du fleuve Rouge savent nager. Photo: VNA
Faute de budget, plusieurs localités sont parvenues à mobiliser le secteur privé pour l’apprentissage de la natation. L’installation récente d’une «piscine intelligente» dans le collège Hai Bôi du district de Ðông Anh, en banlieue de Hanoï, en est un exemple.

Selon Duong Thi Sáu, chef du Bureau de l’éducation et de la formation de ce district, seulement 30% environ des élèves des écoles du district connaissent les techniques de base de la natation, ce qui explique les accidents de noyade, fatals ou non, qui surviennent chaque année dans cette localité qui possède bien des rivières et des lacs. Les leçons de natation sont donc «particulièrement nécessaires» pour prévenir les noyades chez les enfants.

«Chaque année, le budget local permet à environ 400 élèves d’apprendre à nager gratuitement dans la piscine au centre du district. Mais ce chiffre est trop faible par rapport aux besoins. Faute de budget, la généralisation de la natation chez les élèves ne peut être faite qu’en mobilisant le secteur privé», souligne Mme Sáu.

Le district a donc appelé les entreprises à investir dans l’installation de piscines mobiles au sein des écoles pendant les trois mois des vacances d’été. «Ce laps de temps suffit aux élèves pour apprendre à nager. Notre objectif est de généraliser la natation chez les élèves des 4e et 5e classes de primaire et de toutes celles du collège. Si cela fonctionne bien, ce modèle sera généralisé à toutes les classes du cycle du primaire», informe-t-elle.

En dehors de Dông Anh, d’autres arrondissements et districts de Hanoï appliquent aussi ce modèle.-CVN/VNA