Les travailleurs de haut niveau du Vietnam ont tendance à chercher une opportunité dans les pays voisins. Photo : Quy Trung/VNA/CVN
Hanoi (VNA) - Selon les données de janvier 2017 de la compagnie de recrutement de personnel de qualité, Navigos Search, les travailleurs de haut niveau du Vietnam, en particulier de gestion dans les secteurs des technologies de l’information, de la comptabilité et de l’audit, ont tendance à partir travailler à Singapour, en Malaisie, en Thaïlande...

«La transition des travailleurs est le résultat inévitable du marché de travail d’aujourd’hui, c’est-à-dire de personnes qui, possédant une bonne formation et une expérience professionnelle, peuvent trouver facilement un emploi convenable», a expliqué le directeur exécutif de la compagnie d’études du marché GCOMM, Trân Hùng Thiên.

Selon le directeur marketing de la compagnie Unilever Asie, Nhâm Ba Phuong qui a 8 ans d’expérience à Singapour, les recruteurs étrangers donnent toujours de bonnes occasions aux personnes possédant des qualités de leadership et une bonne maîtrise d’une ou de plusieurs langues étrangères. «Ces dernières années, plusieurs de mes collègues ont décidé de s’installer à Singapour pour travailler dans des groupes internationaux», a partagé Nhâm Ba Phuong.

Cette tendance est apparue il y a quelques années, mais ne s’est affirmée que depuis la naissance de la Communauté économique de l’ASEAN (AEC). Singapour est un marché très attrayant pour le personnel vietnamien hautement qualifié, selon un sondage de la compagnie Navigos Search selon lequel près de 70% des personnes interrogées souhaitent travailler dans ce pays. «Quand bien même certains auraient une meilleure rémunération au Vietnam, ils décideraient de partie chercher une opportunité dans l’AEC, car travailler à l’étranger leur permet, à eux et à leur famille, de bénéficier de meilleures conditions de vie», explique la directrice exécutive de Navigos Search, Nguyên Phuong Mai.

Est-ce que cette transition est une perte de capital humain ? La réponse est évidente, pour la directrice PR de Google Asie-Pacifique, Hà Lâm Tu Quynh. Travailler en dehors du pays permet à ce personnel qualifié d’acquérir de l’expérience et des compétences qui sont particulièrement appréciées des groupes internationaux. En effet, après plusieurs années à l’étranger, certains reviennent au Vietnam et assument des postes clés auparavant occupés par les étrangers, ajoute Hà Lâm Tu Quynh.

Cette transition est un bon signe qui révèle l’amélioration de la qualité de l’éducation universitaire au Vietnam en vue de répondre aux exigences du marché de l’emploi. Toutefois, elle exige des groupes et des compagnies du pays de privilégier l’éducation et la formation professionnelle, ainsi que des intérêts de leurs employeurs afin d’éviter la déficience des ressources humaines quand le personnel de catégorie supérieure part travailler à l’étranger. -CVN/VNA