Hô Chi Minh-Ville (VNA) – Plusieurs localités ont déployé une série de mesures de prévention et de lutte contre l’épidémie due au virus Zika, après la découverte de premiers cas d’infection à Hô Chi Minh-Ville (Sud) et Khanh Hoà (Centre).

Un professionnel de santé sensibilise des habitants sur les mesures de prévention et de lutte contre la dengue et l'épidémie due au virus Zika. Photo: VNA

La mégapole du Sud qui a relevé son niveau d’alerte de situation 1 à 2 sur 3, vient de publier un plan d’action contre le Zika axé sur la circonscription et le traitement à temps du foyer d’épidémie afin de minimiser les risques de contamination dans la communauté.

Le Comité populaire municipal a également élaboré des mesures de riposte en cas de situation 3 où l’épidémie commerce à se propager et tout sera mis en oeuvre pour circonscrire et éteindre le plus rapidement possible les foyers épidémiques.

Le Service de l’éducation et de la formation de Hô Chi Minh-Ville a demandé aux écoles de renforcer la prévention contre l’épidémie due au Zika et de sensibiliser les parents d’élèves aux modes de transmission, aux mesures de protection individuelles, et à la prévention de la prolifération des moustiques.

Le 5 avril, le ministère de la Santé a annoncé deux premiers cas d’infection par le virus Zika, dont une femme de 33 ans, à Hô Chi Minh-Ville, et une autre de 64 ans dans la province de Khanh Hoà (Centre). Les ​contrôles de leurs familles et des foyers à proximité ​n’ont révélé aucune autre infection.

Pour réduire la présence de moustiques à l’intérieur et autour de son habitation, il faut détruire les gîtes larvaires, c’est-à-dire les lieux de ponte du moustique. Photo: VNA

Un groupe de travail du ministère de la Santé a inspecté jeudi le travail de prévention et de lutte contre le virus Zika dans la province de Binh Thuân (Centre) qui n’est pas à l’abri du risque de contamination par le virus Zika en raison de ses échanges touristiques importants avec Khanh Hoà et Hô Chi Minh-Ville.

La province de Tây Ninh (Sud) où le nombre de cas de dengue sévère a augmenté de 155 par rapport à l’an dernier, à 297, a déclenché jeudi une campagne de prévention de la prolifération des moustiques, de riposte en cas de découverte des contaminations.

Le virus Zika est transmis par piqûres de moustiques du genre Aedes aegypti et de moustiques tigres, qui peuvent aussi être porteurs de la dengue et du chikungunya. Si les symptômes du virus, semblables à la grippe et pouvant même passer inaperçus, sont généralement bénins, ce sont ses complications qui inquiètent.

À ce jour, il n’existe ni traitement, ni vaccin contre ce virus, repéré pour la première fois sur un singe en 1947 en Ouganda et sur un homme en 1968. – VNA