Le Vietnam est l’un des 6 pays à avoir accompli le plus tôt l’​Objectif du Millénaire pour le ​Développement de l’ONU relatif à la réduction de la pauvreté. Photo : VNA

Hanoi, 8 novembre (VNA) - Le Premier ministre vient d’accepter un programme quinquennal destiné à lutter contre la pauvreté de manière multidimensionnelle. Ce programme remplace l’ancien dispositif unidimensionnel jugé moins efficace. Il vise à garantir à la population un niveau de vie minimum et un accès aux services sociaux fondamentaux.

L’indice de pauvreté multidimensionnelle fait état des privations auxquelles sont généralement confrontés les foyers pauvres. L’approche multidimensionnelle tient compte des différentes privations qui existent en matière d’éducation et de santé, le niveau de vie est appréhendé à l’aide d’une dizaine d’indicateurs : le nombre d’années de scolarité et le taux de scolarisation, les caractéristiques du logement, l’accès à l'eau potable et à l'électricité, les biens mobiliers. L’indice de pauvreté au Vietnam est de 12% selon le calcul de pauvreté multidimensionnelle. Le taux de ménages jugés proches du seuil de pauvreté est de 6%.

De très nombreuses mesures (prêts à taux préférentiels, soins médicaux, assistance à l’éducation, allocations aux logements, accès à l’eau potable) ont été mises en place à destination des foyers pauvres dans le cadre du programme  dit « 30A » destiné à fournir aux 62 districts les plus défavorisés les infrastructures élémentaires fondamentales. Force est malheureusement de constater que pour éradiquer durablement la misère au Vietnam, ces mesures ne sont pas suffisantes.

La ministre du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales Pham Thi Hai Chuyen indique : « Si l’accès à la nourriture est un facteur qui permet de mesurer la pauvreté selon les indicateurs mondiaux, il faut aussi tenir compte des commodités de base. C’est pourquoi, à partir du 1er janvier 2016 et jusqu’en 2020, le gouvernement adoptera une approche multidimensionnelle dans son programme quinquennal. L’objectif est d’augmenter le revenu des personnes pauvres et de garantir leur accès aux services de santé, d’éducation, d’eau et d’information ».

Par ce changement d’approche, le Vietnam s’efforce de réaliser le nouvel objectif des Nations Unies qui consiste à « éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde ». Ngô Truong Thi, responsable du bureau national chargé de la lutte contre la pauvreté, précise : « Par le passé, nous ne prenions en compte que le seul revenu pour déterminer du seuil de pauvreté. La prise en compte d’un indicateur purement quantitatif était insuffisante. Il faut tenir compte d’éléments plus qualitatifs tels que l’accès aux soins ou à un logement décent. Le Premier ministre a décidé d’intégrer des critères d’accessibilité aux commodités de base. Des familles qui étaient jadis considérées comme « au seuil de la pauvreté » sont désormais classées dans la liste des pauvres et  bénéficient donc plus d’aides de l’Etat. »

Le Premier ministre a ordonné au ministère des Finances de rechercher des fonds pour pouvoir réduire significativement la pauvreté. La somme de 15 mille milliards de dongs devrait être décaissée en 2016. Il est nécessaire de ré-identifier les bénéficiaires, de limiter les aides à titre gracieux et de multiplier les crédits. La ministre Pham Thi Hai Chuyen : « Nous devons en premier lieu réévaluer les politiques en faveur des pauvres et répartir de manière équitable les missions à chaque organe compétent. Au lieu de travailler sur 16 programmes nationaux, nous en privilégierons 2 : l’instauration de la nouvelle ruralité et la réduction durable de la pauvreté. »

Le Vietnam est l’un des 6 pays à avoir accompli le plus tôt l’Objectif du Millénaire pour le Développement de l’ONU relatif à la réduction de la pauvreté. Pour les 5 prochaines années, il espère consolider ses acquis dans ce domaine en vue d’assurer à toute la population une vie plus confortable.- VOV/VNA