samedi 19 août 2017 - 08:42:53

Nouvelle pratique des activités de crédit

Imprimer

Le marché monétaire était stable, et les liquidités au sein du système bancaire national étaient maintenues. Photo : Trân Viêt/VNA/CVN
Hanoi (VNA) - La Banque d’État du Vietnam (BEV) vient de publier une circulaire 39 de réglementation des activités de crédit des organismes de crédit et des filiales de banques étrangères au Vietnam.

À partir du 15 mars 2017, tous les organismes de crédit vont appliquer un nouveau mécanisme pour les emprunts. Il s’agit des clauses concrètes pour les cas accessibles aux prêts et les autres qui sont prohibés, les conditions d’emprunt, la structure de paiement des créances...

La BEV a promulgué une nouvelle réglementation de la fixation du taux d’intérêt contractuel des crédits qui ne comprend pas de plafond, mais il dépend de l’offre et la demande du marché, et de la qualité des clients. Les banques sont appelées à toujours privilégier les secteurs prioritaires définis par le gouvernement : production agricole, développement aquicole, industrie auxiliaire, exportateur, entreprises de hautes technologies, et PME.
 
La circulaire 39 du gouvernement définit également six catégories de destination des crédits qui sont prohibées : investissement dans les secteurs interdits de toute activité commerciale, transactions sur des biens interdits ou hors commerce juridique, achat de plaques en or, paiement de dette résultant d’un emprunt auprès de la banque prêteuse ou dans une autre banque, ou bien paiement de dettes à l’étranger. Une autre nouveauté : les banques vont accorder des prêts seulement aux particuliers et aux personnes juridiques. Ainsi, les foyers familiaux n’auront pas le droit d’emprunter des crédits banciares. Les foyers familiaux commerçants devront donc se transformer en compagnie. 
 
Le gouverneur de la BEV, Lê Minh Hung, a également signé une circulaire 43 réglementant l’octroi de crédits par les sociétés financières, qui entrera le 15 mars prochain. Par exemple, les sociétés financières pourront accorder des prêts à la consommation aux particuliers, sous réserve d’un montant ne dépassant pas 100 millions de dôngs par personne. 
 
D’abondantes liquidités
 
Fin janvier 2017, le marché monétaire était stable, et les liquidités au sein du système bancaire national étaient maintenues à un niveau très satisfaisant, a estimé la BEV dans un récent rapport.
 
Le taux d’intérêt du dépôt à fin de mobilisation de l’épargne va, actuellement, de 0,8 à 1% pour les dépôts à vue, de 4,5 à 5,4% à terme d’un à six mois, de 5,4 à 6,5% à terme de six à 12 mois, et de 6,4 à 7,2% à plus d’un an. Le taux d’intérêt du crédit pour les secteurs prioritaires est de 6 à 7%. Pour le crédit de court terme, il va de 6,8 à 9%, et pour les moyen et long termes, de 9,3 à 11%. La BEV affirme vouloir continuer de contrôler rigoureusement les crédits accordés dans le secteur immobilier, aux projets de communication réalisés selon convention BOT et BT, ainsi que les prêts de moyen ou de long terme fournis aux clients d’envergure.

Le crédit au service de la production agricole est prioritaire par les banques.

Photo : An Hiêu/VNA/CVN

Le Vietnam table cette année sur une croissance du crédit d’autour de 18%, en veillant aux évolutions macro-économiques et aux conditions de l’activité bancaire. En 2017, ce secteur devrait continuer de maintenir le plafonnement des taux d’intérêt du dépôt, s’efforcer de réduire les taux d’intérêt du crédit, notamment de ceux de moyen et long termes. Il doit se concentrer sur les branches et secteurs qui contribuent à la croissance, à l’export et à la création d'emploi. Enfin, croissance du crédit doit aller de pair avec qualité afin de ne pas créer de créances douteuses...
 
S’agissant de ces dernières, le Vietnam prévoit également de mettre en œuvre un projet de restructuration et de traitement des créances douteuses pour la période 2016-2020. La BEV a indiqué prôner une grande flexibilité de l’application de sa politique monétaire en 2017 en cette conjoncture d’évolutions économiques mondiales et nationales toujours peu favorable.

La BEV doit simultanément contrôler l’inflation, soutenir la croissance et maintenir la stabilité des taux de change. Ces objectifs sont parfois contradictoires et demandent une très grande souplesse dans la planification, la gestion et l’utilisation des instruments de politique monétaire. La banque centrale reste ferme dans son objectif de stabilisation macro-économique. Il s’agit d’une leçon pénétrante tirée par le système bancaire pour maintenir la stabilité de l’économie et assurer une croissance à moyen terme. Maîtriser l’inflation à 4% est donc l’objectif à atteindre dans la planification et la conduite de la politique monétaire. - CVN/VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres