Le complexe paysager de Tràng An a été classé en juin 2014 au patrimoine culturel et naturel mondial de l’UNESCO.  Photo : VNA

Le secteur touristique de Ninh Binh (Nord) espère générer 3.000 milliards de dôngs de chiffre d’affaires en 2020. Un objectif ambitieux.

Ninh Binh compte accueillir cette année 6 millions de visiteurs toutes nationalités confondues, soit deux fois plus qu’en 2010.

La province souligne que le potentiel touristique sera exploité systématiquement et efficacement afin de faire de Ninh Binh un haut lieu du tourisme. De plus, elle espère réaliser un chiffre d’affaires de 3.000 milliards de dôngs en 2020. Un objectif certes ambitieux, mais réaliste. En effet, le complexe paysager de Tràng An a été classé en juin 2014 au patrimoine culturel et naturel mondial de l’UNESCO, ouvrant «une nouvelle page» pour le développement du tourisme provincial.

Gestion des prix et qualité des services

Pour y parvenir, il faudra faire en sorte de mettre fin aux comportements déplorables d’individus hélas trop nombreux. Pendant la haute saison touristique, l’afflux de visiteurs augmente rapidement. La province est donc souillée par les immondices jetées sans vergogne par les touristes et les locaux. En outre, certains marchands profitent de cette manne pour faire monter les enchères de manière scandaleuse. Autant d’actions qui, il va sans dire, sont désastreuses pour l’image du tourisme provincial.

Conscient de cette situation, le Comité populaire de Ninh Binh a promulgué le 19 août le Projet d’intensification du développement touristique et du traitement des insuffisances du secteur. Ce projet appelle les services, comités, secteurs et collectivités à se focaliser sur la gestion des prix et la qualité des services proposés.

En parallèle, il faut s’assurer de la garantie de l’ordre public, l’hygiène et la sécurité alimentaires dans les sites touristiques. Autre point abordé : la simplification des procédures et des formalités administratives afin d’attirer un maximum de touristes. Par ailleurs, il est nécessaire d’encourager les locaux à être de bons guides touristiques, sous entendu à l’écoute.

Enfin, il apparaît indispensable d’avoir une autre approche du tourisme. Cela passe par la diversification et l’amélioration de la qualité des prestations de services, avec notamment l’élaboration de tours régionaux et interprovinciaux originaux, l’optique étant de satisfaire une clientèle de plus en plus exigeante. –CVN/VNA