La jeune Nguyên Thi Thanh Phuc vient de décrocher la médaille d’argent du 20 km marche dames des championnats d’Asie 2013 à Nomi (Japon), le 10 mars dernier, bouclant la distance en 1h 35 min 26 sec. Un grand honneur pour elle et l’ensemble de l’athlétisme vietnamien.

Il y a un an, sur le même parcours, Nguyên Thi Thanh Phuc, surnommée la reine de la marche de l’Asie du Sud-Est, avait déjà pris le bronze en coupant la ligne en 1h 35 min 13 sec. Cette performance avait fait d’elle la première marcheuse vietnamienne à se qualifier pour les Jeux olympiques. À seulement 23 ans, ce que cette fille originaire de la ville de Dà Nang (Centre) a déjà réalisé est surprenant. Et visiblement, son petit frère, Nguyên Thành Ngung, a lui aussi hérité du gène de champion, progressant de la 6 e à la 5 e place sur la même distance et lors de ces mêmes championnats, mais chez les hommes cette fois.
Nguyên Thi Thanh Phuc, son frère et leur entraîneur Trân Anh Hiêp, ont été accueillis avec les honneurs - et c’est bien normal - pour leur retour au Vietnam. Le soutien et les félicitations du public ont peut-être été pour eux la plus belle des récompenses.

« Pour cette édition, nous n’avons envoyé que trois représentants , a informé l’entraîneur Trân Anh Hiêp. Nous avons néanmoins envoyé nos valeurs sûres, contrairement aux autres pays d’Asie du Sud-Est, qui ont injecté du +sang neuf+ dans leurs sélections en vue des prochains SEA Games (Jeux sportifs d’Asie du Sud-Est, ndlr) 2013 au Myanmar. Il est difficile de jauger les forces en présence chez nos concurrents sur cette seule course, d’autant que les conditions ont été très rigoureuses».

Outre la Japonaise Kumi, Otoshi, intouchable durant la course, Thanh Phuc n’a pas oublié de saluer son adversaire sud-coréenne, la toute jeune Jeon Yeon Geun, qui concourait pour la première fois à ce niveau et qui a fini derrière elle pour quelques secondes seulement. Avant le départ, l’entraîneur de notre championne l’avait briefé pour éviter qu’elle ne brûle ses cartouches et gère au mieux son effort, pour au minimum conserver sa médaille de bronze acquise l’an dernier. Une consigne suivie à la lettre puisque sur les 10 tours du circuit à travers les rues de Nomi, malgré la pluie et le froid, elle a franchi la ligne d’arrivée après 1h 35 min 26 sec de course, avec à la clé donc une superbe médaille d’argent, acquise au courage. « La météo a été plus dure que l’an dernier, explique la sportive. Presque tous les athlètes ont attrapé froid à l’arrivée, transis. J’ai aussi été malade, avec de la fièvre et des vomissements ».

Les défis à relever pour se surpasser

Le temps réalisé lui a permis d’atteindre les minimas B, synonymes de qualification pour les Championnats du monde qui auront lieu en juillet prochain à Moscou (Russie). Une sacrée performance là aussi après sa qualification olympique de l’an dernier. 


Nguyên Thi Thanh Phuc (3e à gauche), son frère Thành Ngung (2e à droite) et leur entraîneur Trân Anh Hiêp (1er à gauche) ont été accueillis avec les honneurs pour leur retour au Vietnam. Photo : TTVH/CTV/AVI

Mais Thanh Phuc a été plus heureuse encore des progrès de son petit frère, Thành Ngung, qui a accroché un Top 5 chez les hommes, en 1h 27 min 30 sec, soit 15 secondes de mieux que son record national. Un résultat qui a ravi son entraîneur : « Si tous deux maintiennent ce rythme de progression, sûr qu’ils feront parler d’eux aux prochains SEA Games au Myanmar !». Et Thành Ngung d’ajouter : «J’espère que la performance de ma grande sœur suscitera des vocations pour assurer la relève ».

Il faut bien se rendre compte que ces résultats sont prodigieux pour un pays dont la marche est (très) peu pratiquée. Thanh Phuc et Thành Ngung s’entraînent à Dà Nang - la ville dans laquelle ils ont grandi - depuis toujours avec le même entraîneur, et ont franchi les étapes les unes après les autres. La marche est une discipline olympique pour laquelle il faut investir massivement si l’on veut bien figurer. Disposer de bonnes infrastructures d’entraînement et d’un staff sportif et médical compétent serait autant d’atouts pour y parvenir.

Pour l’heure, sa médaille rangée bien au chaud dans un tiroir, Phuc a repris sa vie normale d’étudiante à l’École supérieure de l’éducation physique et des sports de Dà Nang. Même si son prochain objectif sont les JO 2016 de Rio de Janeiro (Brésil), elle est parfaitement consciente que la carrière de sportif de haut niveau est courte, et prépare ainsi sa reconversion. Une athlète pétrie de talent doublée d’une tête bien pleine, que demander de plus ?
Palmarès de Nguyên Thi Thanh Phuc :

- Sextuple championne du Vietnam en titre (2007, 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012)
- Vainqueur du 20 km dames au Festival national de l’éducation physique
et des sports
- Médaillée d’or du 20 km dames au SEA Games 2011.
- Médaillée de bronze aux Championnats d’Asie 2012
- 36 e des JO de Londres 2012, record national à la clé (1 h 33 min 36 sec)
- Médaillée d’argent aux Championnats d’Asie 2013. – AVI