Le monument commémoratif de Nguyên Du dans la commune de Tiên Diên, district de Nghi Xuân, province de Ha Tinh (Centre). Photo: VNA

 

Hanoi, 25 novembre (VNA) - ​Plusieurs d'activités ​ont d'ores et déjà ​lieu au Vietnam, ainsi que dans les quatre coins du monde, ​pour célébrer le 250e anniversaire du grand poète Nguyên Du, l'homme qui a conduit la langue littéraire nationale à son apogée, et qui est le premier ​Vietnamien à entrer dans l'histoire de la culture mondiale, grimpant, de pair avec ​d'autres grands noms, le Parnasse, mont des Muses symbolisant la poésie.

Nguyên  Du (1765-1820) - alias Tô Nhu, également connu sous le nom de plume Thanh Hiên - descend d'une noble famille réputée pour ses lauréats ​aux concours mandarinaux d​e l'ancienne cité impériale de Thang Long (aujourd'hui Hanoi). Son père était originaire de la région du Nghê Tinh (Centre), ​et sa mère, de la contrée du Kinh Bac (aujourd'hui province de Bac Ninh, Nord). ​On peut dire, ainsi, que Nguyên  Du est le fruit d'une belle alliance entre deux régions riches ​de traditions culturelles comme les charmants airs populaires "Vi Giam" (chansonnettes alternées entre garçons et filles) et Quan Ho de la province de Bac Ninh (chants alternés), déjà reconnus par l'UNESCO en tant que patrimoines culturels immatériels de l'Humanité.

La statue de Nguyên Du au sein du Vestige national spécial dédié à cet homme de culture du monde, dans la province de Ha Tinh. Photo: VNA

 

Cependant, cette vie aisée ne dura pas longtemps. Nguyên Du perdit son père à l'âge de 9 ans, puis sa mère trois ans plus tard. Ses 55 ans de vie furent étroitement liés à de grands événements historiques du pays. A la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, le régime féodal du Vietnam était gravement en crise avec l'éclatement de plusieurs mouvements paysans, dont ​le sommet ​fut l'insurrection des Tây Son, mettant fin au régime décadent des Lê postérieurs, ne régnant plus qu'en apparence, le pouvoir étant de fait exercé par les seigneurs Trinh.

Ces vicissitudes historiques poussèrent la famille de Nguyên Du, qui auparavant était pleine de gloire et de renommée, à la ruine et au dispersement. Nguyên Du passa, lui aussi, une vie misérable, devant vivre à la charge de la famille de sa femme dans le district de Tiên Hai, province de Thai Binh (au Nord), durant "dix ans de fâcheuse aventure", comme il l'avoua ultérieurement. Mais cette vie de disette et de misère lui permît également de témoigner, de mieux comprendre et de sympathiser avec les êtres humains malheureux en ces temps de troubles, ainsi que d'éprouver les inégalités et les cruautés de la société féodale.

 

Le Premier ministre Nguyên Tân Dung offre de l'encens au Vestige national spécial dédié à Nguyên Du. Photo: VNA

Cette vie pleine de vicissitudes et ces "choses vues" firent ​évoluer radicalement l'idéologie de Nguyên Du. D'homme fidèle au roi et patriotique, animé d'un ardent désir d'établir une situation sociale honorable conformément aux recommandations du confucianisme, de venger sa famille et de restaurer la dynastie des Lê, envers laquelle il avait une grande dette de reconnaissance, Nguyên Du fût obligé d'accepter les nouvelles réalités de l'Histoire. Même après avoir été invité à vivre à la cour des Nguyen et exercé des fonctions importants, il considéra ces choses comme éphémères et ne conçu pas intérêt pour la vie mandarinale.

Les bouleversements douloureux de sa famille et de la société ​eurent beaucoup d'influence sur l'œuvre littéraire de Nguyên Du. D​e noble, il devint un humaniste et un réaliste. Ses expériences, ses sympathies envers les vies misérables, à quoi s'ajouta son talent inné, firent de lui un poète qui "a des yeux pouvant visualiser le fin fond des six mondes, et un cœur compatissant aux douleurs de mille générations".

La couverture du Truyên Kiêu publié par les Editions des Lettres. Photo:VNA

Après 55 ans d'existence sur ce monde terrestre, Nguyên Du l​aissa un grand trésor, dont trois recueils de poèmes en caractères chinois "Thanh Hiên thi tâp" (Recueil poétique de Thanh Hiên), "Nam Trung tap ngâm", "Bac hành tap luc" totalisant près de 250 poème, et, bien sûr, le récit en vers écrit en nôm (écriture démotique sino-vietnamienne) dénommé "Doan truong tân thanh" (​Nouveau cri d'un cœur brisé) ou "Kim Vân Kiêu", "Truyên Kiêu" (Conte de Kiêu). Ce chef-d'œuvre - composé de 3.254 vers en ​métrique classique luc bat ( vers de six et huit pieds alternés), est l'œuvre en vietnamien la plus lue et la plus populaire de tout les temps au niveau du monde. Il raconte la vie, les épreuves et les tribulations de Thuy Kiêu, une belle et talentueuse jeune femme qui dût sacrifier son amour et sa vie pour sauver sa famille.

Cette création de Nguyên Du ​est la partie la plus précieuse et la plus éminente du trésor littéraire du peuple vietnamien. Depuis son apparition, elle est devenue l'un des facteurs indissociables de la diversité de l'âme et de l'esprit de chaque Vietnamien. Franchissant les distances géographiques ​comme temporelles, le Truyên Kiêu et son auteur sont devenus une source d'inspiration inépuisable pour les générations successives de Vietnamiens, ne cessant pas de se propager et ​de se faire découvrir en dehors ​du Vietnam.

La pièce d'opéra "Destin soudain", du compositeur français d'origine vietnamienne  Nguyên Thiên Dao, inspirée du Truyên Kiêu de Nguyên Du. Photo: VNA

  Depuis que Nguyên Du a rejoint ses confrères dans l'autre monde il y a 195 ans, l'œuvre et le mérite de ce grand poète, qui était également diplomate, homme de culture et linguiste talentueux, sont admirés non seulement par tout le peuple vietnamien mais aussi honorés par les amis des quatre coins du monde. En 1965, l'Organisation mondiale pour la paix a recommandé aux pays d'organiser le 200e anniversaire de la naissance de Nguyên Du et de huit autres "hommes de culture". Cet événement avait pour objectif de reconnaître ses contributions à la littérature vietnamienne et au développement culturel de l'Humanité. En 2013, le Conseil exécutif de l'UNESCO a adopté une résolution appelant les pays à organiser des activités en l'honneur de l'éminent poète vietnamien Nguyên Du, déjà reconnu par cette organisation en ​qualité d'homme de culture du monde en 2003, ainsi que de 93 autres personnes.

 Le 15 août 2014, le Secrétariat du Comité central du Parti Communiste du Vietnam a autorisé l'organisation en 2015 d'un événement de niveau national pour la célébration du 250e anniversaire de la naissance du poète. Il s'agit d'une autre occasion pour affirmer la présence de ce grand poète vietnamien sur la carte de la culture mondiale comme dans le trésor des quintessences de l'Humanité. De telles activités visent également à honorer et à promouvoir les valeurs culturelles sublimes du peuple vietnamien, ainsi qu'à susciter la fierté nationale et à inciter la population à suivre la voie d'une intégration ​au monde de plus en plus profonde. – VNA