Le colloque "Evaluation de la mise en œuvre des politiques et des lois sur la sécurité alimentaire pour la période 2011-2016 dans le Sud du Vietnam" à Ho Chi Minh-Ville. Photo: VL
 

Ho Chi Minh-Ville (VNA) - Le colloque "Evaluation de la mise en œuvre des politiques et des lois sur la sécurité alimentaire pour la période 2011-2016 dans le Sud du Vietnam" vient d’avoir lieu à Ho Chi Minh-Ville, sous l’égide du vice-président de l’Assemblée nationale Phung Quoc Hien.

Selon Phung Quoc Hien, la sécurité alimentaire est une problématique suscitant une attention soutenue de la population comme de l’Assemblée nationale (AN). La délégation de l’AN a mené des contrôles dans 19 ​des 21 villes et provinces du S​ud, travaillé avec les ministères et organes concernés, et écouté le rapport sur la mise en œuvre des politiques et lois en ce domaine.

Lors de ce colloque, les participants ont considéré unanimement que la garantie de la sécurité alimentaire connaissait encore des problèmes ces derniers temps​ en raison de la planification des ressources limitées, de la production agricole fragmentée... qui augmentent les risques alimentaires, outre l’emploi de produits phytopharmaceutiques dans l'agriculture et d’antibiotiques dans l’élevage.

A cette occasion, les représentants d’entreprises ont également partagé leurs expériences en matière de garantie de la sécurité alimentaire, notamment ceux de Vissan, Vinamilk et de TH True Milk.

S’agissant des propositions et mesures, la vice-présidente du Comité populaire d’Ho Chi Minh-Ville Nguyen Thi Thu a déclaré que le gouvernement devrait prendre des politiques d’assistance ​aux élevages aquicoles, notamment en matière de fiscalité foncière et de taxations, d’accès au financement, mais aussi des politiques incitatives pour le développement du secteur coopératif, et de coopération ou d’association entre entreprises des secteurs de la production et de la construction. Le gouvernement devrait également enjoindre les ministères, les organismes et les localités à coopérer dans la gestion et l’intensification du développement d’une agriculture propre.

Selon les participants, il faudrait créer une autorité administrative en matière de sécurité alimentaire dont la fonction devrait être de gérer et de régler les contaminations alimentaires, et de sanctionner sévèrement les infractions. Les médias devraient également intensifier la communication pour sensibiliser la population à l’importance de la sécurité alimentaire pour leur santé, et d’éviter les aliments dont l’origine est peu claire ou inconnue. -CPV/VNA