Sa Pa (VNA) - A 10 km au Sud-Est de Sa Pa, Muong Hoa est une superbe vallée où les minorités ethniques cohabitent avec une nature sauvage. Pour les photographes professionnels comme pour les amateurs, c’est un site incontournable du Nord Vietnam.

Pour les amoureux de la photographie et de l’aventure, la moto est le véhicule idéal pour aller de Sapa à Muong Hoa. Vous ne pourrez pas vous tromper de chemin. Il n’y en a qu’un seul qui traverse, sur une dizaine de kilomètres, un col en hauteur. La vallée de Muong Hoa se situe à 1.000 mètres d’altitude. Ses 8 km2 traversent six communes au milieu de la chaîne montagneuse de Hoang Lien.​

La vallée de Muong Hoa à Sa Pa. Photo : http:dulichthiencam.com

Ha A Toi vient de Sapa : « On est ici au milieu des nuages, des amas de nuages qui ressemblent à d’énormes pelotes de coton avec lesquelles on remplit nos couvertures. C’est magnifique en hiver, mais aussi en été quand le paysage vespéral semble sortir directement d’un conte ancien. A partir du moment où l’on aperçoit les villages, il faut encore compter plusieurs heures avant d’y accéder, la route étant extrêmement sinueuse. Depuis la route d’en haut, on a une vue panoramique sur les montagnes, les villages, les habitations, le champ de pierres anciennes et ses alentours ».

Muong Hoa abrite les plus belles rizières en terrasses de Sa Pa, lesquelles font partie du plus grand ensemble de rizières en terrasses du pays. Sur les flancs en pente douce de la vallée, ces rizières constituent une véritable œuvre d’art des habitants locaux.

Deux fois par an, depuis deux ans, Nguyen Trong Thanh et ses amis férus de photographie se donnent rendez-vous à Muong Hoa : «Notre moment préféré, c’est quand le riz murît, vers août ou septembre. Ici, les flancs des collines sont en pente douce, c’est pourquoi lorsque le riz murît, les rizières forment une mer dorée ondulante.»

«Moi, je cherche toujours les angles où on peut voir à la fois le riz, la montagne et des rayons de soleil transperçant les nuages. Quoi de plus beau qu’une photo avec le jaune du riz et du soleil et le vert de la montagne ! Les rizières en terrasses sont aussi très belles lorsqu’elles sont irriguées», fait-il savoir.

Au milieu de la vallée de Muong Hoa, serpente le Suoi Hoa (le Ruisseau fleuri, en français). Sur 15 km, ses eaux limpides reflètent les rizières en pleine moisson.

Muong Hoa abrite aussi un trésor archéologique inestimable. Dans la vallée, près de 200 blocs de pierre de tailles diverses se trouvent éparpillés dans les broussailles, les herbes, à côté du ruisseau ou en plein milieu de la rizière. Toutes ces pierres de grès sont gravées de signes et de dessins mythiques qu’aucun scientifique n’est parvenu jusqu’à maintenant à expliquer. Ce champ de pierres anciennes a été classé «vestige national».

Dao Thuy Nhung, une guide touristique, explique: «Les pierres sont éparpillées mais il y a deux endroits où elles se concentrent en grand nombre : à côté du village Pho des Mong en aval du ruisseau, où certains blocs atteignent 12 mètres de diamètre et entre les villages Hau Thào et Lao Chai, où l’on compte jusqu’à une bonne centaine de blocs de pierre gravées, chaque pierre étant gravée différemment».

Pour les autochtones, ce champ de pierres anciennes est une «bibliothèque céleste», le plus grand livre légué par leurs ancêtres.

Après avoir contemplé les paysages naturels et ce champ de pierres mythiques, vous pouvez descendre un peu plus bas, traverser un petit pont suspendu pour visiter le hameau de Ta Van des Day. Vous pouvez aussi discuter avec les habitants pour essayer de voir leur différence avec les H'mong, une autre ethnie de la contrée. Vous pouvez aussi passer une journée chez l’habitant. Entre le ciel et la terre, Muong Hoa est une vallée attachante qui mérite vraiment le détour. -VOV/VNA