Un cours de perfectionnement sur l’égalité des sexes pour les cadres de l’Association des femmes du district de Ba Che. Photo : VNA
Sous les auspices de l’organisation hollandaise Oxfam Novib, la province de Quang Ninh (Nord) déploie depuis 2013 le projet «Protection des droits des femmes». Des milliers d’habitants en ont bénéficié.

En raison des siècles de régime féodal et du faible niveau d’instruction, l’inégalité et la discrimination envers les femmes sont gravées dans le subconscient des habitants, notamment dans les régions rurales et montagneuses.

L’objectif du projet «Protection des droits des femmes» est de sensibiliser les habitants et les cadres locaux sur les droits des femmes, comme stipulés dans la Convention internationale sur l’élimination de toutes les forme

Le projet «Protection et des droits des femmes» est déployé dans 24 communes de huit districts que sont Ba Che, Dông Triêu, Dâm Hà, Hoanh Bô, Tiên Yên et Vân Dôn.

Ba Che est un district montagneux où l’inégalité des sexes est ancrée dans les mœurs. De nombreuses séances traitant de l’égalité des sexes et de la lutte contre la violence familiale ont été organisées dans  les communes reculées comme Dap Thanh, Luong Mông, Thanh Lân. Ce projet a permis à Ba Che d’organiser des cours de formation en faveur des cadres du district et des membres de l’Association des femmes.

Soutien aux victimesde violences conjugales

Les autres localités bénéficiaires du projet ont organisé chaque mois des rencontres afin d’échanger des connaissances sur la notion d’égalité des sexes, les droits des femmes, la lutte contre la violence familiale. Chaque rencontre a attiré de 60 à 100 personnes. Jusqu’à maintenant, les organisations des femmes de la province de Quang Ninh ont organisé au total six échanges au niveau de district, 48 rencontres au niveau de commune attirant 4.500 personnes, à quoi s’ajoutent 528 séances de sensibilisation via des haut-parleurs.

Un des premiers objectifs du projet était de construire un centre d’assistance aux femmes victimes de violences conjugales. Ces dernières y bénéficient d’un logement, de nourriture, de conseils mais aussi, pour certaines, de consultations et traitements médicaux gratuits et de cours de formation professionnelle. Trân Thanh Thuy, coordinatrice du projet, a fait savoir que jusqu’à maintenant, ce centre avait accueilli 54 victimes venues de huit districts, chefs-lieux et villes de la province. Une vingtaine d’autres ont reçu des conseils par les experts du centre. Ce centre redonne le goût de vivre à ces femmes victimes de violence conjugale et les aide à prendre conscience de leurs droits. -CVN/VNA