Colloque international sur la Mer Orientale à Kuala Lumpur, en Malaisie. Photo: VNA

Kuala Lumpur (VNA) -  Un colloque international ayant pour thème "Solidarité et paix à l’ASEAN après la décision de la Cour permanente d’arbitrage (CPA) sur la Mer Orientale" a eu lieu mardi soir à Kuala Lumpur, en Malaisie.

Ce colloque était organisé par l’organisation WorldfutureTV, en collaboration avec l’agence malaisienne de presse Bernama, les journaux The Malaymail et The Independent, avec la participation de chercheurs malaisiens, singapouriens et vietnamiens, de représentants de ministères, services, instituts de recherche, organisations non gouvernementales de la Malaisie, ainsi que de ceux de certaines ambassades en Malaisie.

Dans son discours d’ouverture, l’ancien ministre malaisien des Affaires étrangères, Syed Hamid Albar, a affirmé que la Mer Orientale jouait un rôle important pour les pays de l’ASEAN en tous domaines : économie, politique, sécurité… Il a salué la décision de la CPA, soulignant que les pays aséaniens doivent s’unir et coopérer dans le règlement des questions concernant la Mer Orientale.

Les participants ont discuté de la solidarité au sein de l’ASEAN et du rôle de l’association dans la résolution des différends en Mer Orientale au moyen de mesures pacifiques après la décision de la CPA. Ils ont salué cette décision, appelant les parties à respecter la décision de la CPA et le droit international, dont la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM) de 1982.

Ils ont affirmé que la position de la Chine sur la Mer Orientale basée sur les soi-disant "droits historiques" et "ligne ​des neuf traits" viole le droit international, dont la CNUDM de 1982, avant de condamner la Chine pour avoir mené une série d’activités de militarisation, de construction d’îles artificielles, et pour empêcher la pêche, l’exploitation pétrolière et la navigation libre en Mer Orientale.

La CPA a rendu le 12 juillet ​une sentence arbitrale dans la procédure engagée par les Philippines contre la Chine concernant les revendications de cette dernière, communément dénommée "ligne des neuf traits" en Mer Orientale (Mer de Chine méridionale). 

Selon la CPA, les revendications chinoises sur ses "droits historiques" sur les zones maritimes ​délimitées par la "ligne des neuf traits" sont contraires à la CNUDM de 1982.

La Chine n’a aucune base historique ​sur cette zone maritime ni de base légale ​établissant ses déclarations ​de "droits historiques" sur les ressources de la zone que la Chine appelle la "ligne des neuf traits". -VNA