Des soldats indonésiens. Photo: AFP/VNA

Hanoi (VNA) - Le gouvernement philippin a autorisé les militaires indonésiens à entrer sur son territoire pour libérer 7 marins indonésiens pris en otage la semaine dernière par des groupes extrémistes, a ​annoncé mardi le ministre indonésien de la Défense Ryamizard Ryacudu.

Selon l'agence japonaise Kyodo, M. Ryacudu a déclaré aux journalistes que cet ​accord avait été décidé lors ​d'une rencontre, deux jours plus tôt, avec son homologue philippin Voltaire Gazmin.

Cette démarche est possible dans le cadre d'un accord bilatéral datant de 1975 ​qui permet aux forces indonésiennes de pourchasser les terroristes et les pirates à l'autre côté des frontières communes.

Lors de cette réunion, les deux ministres ont également discuté des enlèvements répétés de marins indonésiens menés par des groupes militants dans le sud des Philippines, ​dont le groupe Abu Sayyaf.

Les Philippines ont également décidé d'autoriser les soldats indonésiens à escorter les navires indonésiens naviguant vers et depuis leur territoire ​afin qu'ils puissent intervenir rapidement en cas d'attaque.

Dans un communiqué de presse rendu public le même jour, la ministre indonésienne des Affaires étrangères Retno Marsudi a déclaré qu​e, ​selon les informations ​détenues, ​les sept otages étaient ​en bonne santé et ​seraient détenus ​sur ou ​à proximité de l'île de Jolo.

Selon le commandant de la Force de défense indonésienne, le général Gatot Nurmantyo, ces otages ont été enlevés et sont détenus par Abu Sayyaf et al-Habsy Misaya, une faction du groupe Abu Sayyaf opérant sur l'île de Tapui, dans le sud des Philippines.

Apparu au début des années 1990, Abou Sayyaf est un réseau de quelque 400 militants islamistes qui réalisent des attentats et des enlèvements, et a déjà décapité plusieurs otages.

Ce groupe est devenu une sérieuse menace pour la sécurité des Philippines, d'autant qu'il est tenu pour responsable des pires attaques ​subies par ce pays, ​notamment l'attentat à la bombe en 2004 contre un ferry ​qui a fait 100 ​victimes. -VNA