vendredi 18 août 2017 - 00:17:00

Ma guitare, cette amie intime...

Imprimer

C’est peut-être la seule guitare à 24 cordes dans le monde. Son concepteur est Ngô Huu Huynh, de la province de Lâm Dông, qui a juste voulu réaliser un instrument adapté à son handicap.

Il s’agit d’un instrument de musique que l’on pourrait qualifié d’extraordinaire, qui diffère de la guitare acoustique normale par quelques différences de taille : bien plus grand, 24 cordes au lieu de 6, 24 clefs et pas de frettes. L’instrument pèse 8 kg tout de même, donc pas question d’en jouer en bandoulière. Ngô Huu Huynh l’a juste inventé pour en jouer d’une main, assis dans son fauteuil roulant.

Dans la commune de Lôc Châu, Ngô Huu Huynh, 51 ans, est appelé amicalement «le tourneur – guitariste». Car, malgré son handicap lourd, Huynh est tourneur sur bois (spécialiste des toupies) et maîtrise parfaitement son instrument. Il habite une petite maison qui fait aussi office d’atelier de tournage. « Comme la musique, le travail me donne la joie de vivre. Ces jolies toupies évoquent en moi de beaux souvenirs de jeunesse », confie-t-il.

À des visiteurs venus le voir, Huynh demande de poser sa guitare sur les deux bras de son fauteuil roulant, le manche reposant sur une table à côté. « Cette guitare, je l’ai fabriquée il y a 25 ans. Chaque corde donne une note. Au début, elle pouvait en produire 24. Ensuite, j’ai fixé une barre horizontale en aluminium faisant office de frette et elle peut en donner 48 », explique-t-il fièrement.

Sous chaque corde, il a fixé des lettres : A, B, C, D … (qui correspond aux notes, ndlr) pour en jouer plus facilement. Et de sa main droite, la seule valide, il pince rapidement les cordes. S’élève alors l’air d’une chanson d’amour bien connue, qui fait vibrer le cœur des auditeurs.


Huynh répare sa guitare

Huynh a eu une enfance tout ce qu’il y a de plus normale. Malheureusement, à l’âge de 17 ans, une encéphalomyélite foudroyante lui fait perdre l’usage de ses jambes et de sa main gauche. « Pour moi, c’était la fin de tout, de mes rêves, de mes ambitions et de mes projets. Que faire de ma vie maintenant, avec un seul bras? » Une question lancinante pour le jeune homme. Après des années d’efforts pour réapprendre en vain à marcher avec une béquille, Huynh a dû se résoudre au fauteuil roulant. Bien décidé à ne pas être «un homme inutile», il s’est fixé deux buts: pratiquer un métier simple - celui de tourneur, et faire de la musique, sa passion. « C’est dans de telles épreuves que l’on fait preuve d’énergie, de créativité, d’aspiration à la vie ».

Ma vie a un sens grâce à la musique et au travail