Hanoi (VNA) - Soixante-dix étudiants francophones venus d’Asie-Pacifique et d’Afrique se réunissent du 31 juillet jusqu’au 6 août dans la capitale dans le cadre de l’Université d’été. Un moment exceptionnel d’échanges et pour lancer des activités autour du thème «Promotion du patrimoine : innovation et créativité».

Le temps d’une semaine, Hanoi devient la petite capitale de la Francophonie en accueillant 70 jeunes étudiants, venus d’horizons parfois lointains, pour l’Université d’été de 2016. Parmi eux, 25 viennent du Vietnam, 16 de Thaïlande, 13 de Chine, 7 du Laos, six du Cambodge et deux de Malaisie. Mais pour la première fois, un étudiant du Tchad, un pays d’Afrique centrale, a fait le déplacement.


L’Université d’été de 2016 à Hanoi est lieu d’échanges autours des expériences et connaissances des étudiants francophones, et particulièrement sur la protection de l’environnement et des patrimoines.

L’événement est co-organisé par l’Université de Hanoi (HANU) et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), avec le soutien de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l'ambassade de France, l'ambassade du Canada et l'ambassade de Suisse. 

Le campus  de l’Université de Hanoi se  transforme du 31 juillet au 6 août en un lieu d’échanges entre les étudiants qui ont pour dénominateur commun la langue de Molière. Issus de  différentes cultures, ces jeunes partiront à la découverte du patrimoine culturel et artisanal de Hanoi et réfléchiront ensemble sur la préservation des  valeurs traditionnelles du pays. 

«L’AUF gère cette activité depuis des années, mais pour notre université, c’est la 2e fois que nous coordonnons avec l’AUF pour l’organiser, commente Trân Van Công, doyen du Département de français de l’HANU. Comme l’Université d’été des étudiants francophones de 2015 a été couronnée de succès, l’Agence universitaire de la Francophonie a décidé de continuer de le faire avec nous pour cette année». Et d’ajouter : «L’objectif de l’Université d’été en 2016 est de créer pour les étudiants parlant le français un lieu de rencontres, d’échanges des connaissances et de savoir-faire concernant la protection de l’environnement et des patrimoines. Ces derniers ne cessent de se dégrader dans le monde, et notamment dans les pays asiatiques. Via l’Université d’été, les jeunes francophones partiront à la découverte de patrimoines et rencontreront les experts pour en connaître les mesures de protection».

Un programme d’activités chargé

Soixante-dix étudiants se réunissent pour de nombreuses activités, et ce pendant une semaine.

Le concept est d’offrir un programme interuniversitaire axé sur la découverte culturelle. Il est conçu pour permettre aux étudiants de s’exprimer et de partager leurs points de vue, offrant des moments uniques de passer des journées d’immersion en français. Mais ce n’est pas tout, ils sont également invités à explorer les différents aspects sociaux et culturels de Hanoi, sans oublier de visiter les villages de métiers traditionnels, dont celui dédié à la céramique de Bat Tràng et l’ancien village de Duong Lâm 

Les étudiants ont l’occasion de tester leur habileté en fabriquant eux-mêmes des masques traditionnels vietnamiens, qu’ils pourront ramener en guise de souvenir. Par ailleurs, une exposition de ces masques se tiendra le 5 août au sein de l’HANU. De plus, ils visiteront les situes culturels de Hanoi, dont le Temple de la Littérature (Van Miêu-Quôc Tu Giam), l’Opéra de Hanoi et encore le parc Bach Thao. Concernant l’activité de protection environnementale, ils collecteront de déchets autour du lac Hoàn Kiêm. Grâce aux outils numériques, les étudiants produisent des courts reportages sous formes de vidéos, photos et articles. 

«C’est la première fois que je participe à l’Université d’été de Hanoi. J’ai pris part la semaine dernière à celle de Bangkok, témoigne Mat Rolasaly, un étudiant de 4e année à l’Université Royale de Phnom Penh. L’objectif premier est de partir à la découverte culturelle vietnamienne. Et deuxièmement, c’est de rencontrer des jeunes venant de plusieurs pays de la région Asie-Pacifique, d’expérimenter et de comprendre +la vie quotidienne à la française+».

L’encadrement  est assuré par des volontaires internationaux et des enseignants vietnamiens motivés. De plus, il est renforcé par une équipe de jeunes enseignants de l’HANU et d’experts de l'AUF, qui sont aux côtés des étudiants tout au long de cette belle aventure en français. -CVN/VNA