Le Vietnam compte actuellement 250.000 personnes qui travaillent dans le secteur des TI et, lors des cinq années à venir, les besoins sont de l’ordre de 411.000 personnes supplémentaires, selon les experts.

Le secteur des technologies de l’information (TI) présente et présentera de belles perspectives sur le plan de l’emploi, y compris des rémunérations, ont affirmé les recruteurs présents à une foire de l’emploi organisée par l’Université FPT qui a réuni près de 500 étudiants et entreprises de Hô Chi Minh-Ville (Sud).

Selon le ministère de l’Information et de la Communication, les TI sont l’un des secteurs qui connaissent la plus forte croissance au Vietnam avec 13% en moyenne par an.

«Les besoins de recrutement demeurent très importants, plus particulièrement dans certains domaines comme la programmation pour équipements mobiles, le cloud computing, l’administration de réseaux ou encore la sécurité informatique. Hô Chi Minh-Ville a besoin, à elle seule et chaque année, de 23.000 à 25.000 personnes d’aujourd’hui jusqu’en 2015», a souligné le directeur adjoint du Centre de prévisions des besoins en main-d'œuvre et d'information sur le marché de l’emploi local, Trân Anh Tuân.

Le représentant de la société FPT Software, Trinh Truc Linh, a ajouté qu’en dehors des opportunités d’emploi au Vietnam, les ingénieurs vietnamiens peuvent aussi s’expatrier aisément sur des marchés comme le Japon, les États-Unis, l’Allemagne ou la France... «Plus les projets de coopération avec des partenaires étrangers se multiplient, plus les besoins en personnel augmentent. C’est une bonne nouvelle pour les jeunes qui souhaitent s’engager dans ce domaine», a indiqué M. Linh.

Le secteur des TI offre de réelles opportunités d'évolution pour les jeunes.

Des problèmes pour les jeunes diplômés

Le secteur des TI a ceci de particulier que si ses entreprises ont constamment besoin de recruter du personnel hautement qualifié, nombre de jeunes diplômés sont au chômage ou se reconvertissent.

Selon les recruteurs, la raison est simple : ils manquent de capacités professionnelles en entreprise et de maîtrise d’une langue étrangère. Pire, selon les statistiques de l’Institut des stratégies de l’information et de la communication, seuls 15% d'entre eux sont en mesure de satisfaire aux exigences des professionnels.

Un constat qui est partagé par Nguyên Thuân Thanh, président de la compagnie Robert Bosh Vietnam. Ces jeunes diplômés ne savent pas travailler en équipe ni davantage communiquer dans un cadre professionnel, même pour simplement rendre compte... «Après l’embauche, nous devons systématiquement les former en interne afin qu’ils s’adaptent le plus rapidement possible à l’environnement de notre entreprise», insiste-t-il.

La directrice générale de Jobstreet Vietnam, Cao Phuong Hà, conseille aux jeunes d’approfondir leur connaissance pratique d’une langue étrangère. «La maîtrise d’une langue est l’une des grandes clés de réussite pour tous ceux qui souhaitent travailler dans ce secteur», affirme-t-elle.

D’ici 2020, l’estimation des ressources humaines nécessaires est d’environ un million de personnes. Ce secteur offre donc de réelles opportunités d'évolution pour les jeunes, à supposer cependant qu’ils se plient à ses spécificités comme à ses exigences professionnelles. -VNA