lundi 21 août 2017 - 18:55:10

L'essor socio-économique en 2015 sous la loupe des députés

Imprimer

La séance plénière des 2 et 3 novembre a été animée grâce aux avis très riches des députés. Photo: VNA

Hanoi (VNA) - Poursuivant la 3e semaine de travail de la 10e session de l’Assemblée nationale (XIIIe législature), les députés se sont réunis les 2 et 3 novembre en séance plénière pour donner leurs avis sur les résultats du développement socio-économique en 2015 et les prévisions de celui-ci en 2016.

La majorité des élus ont abouti à un consensus élevé sur la situation socio-économique et les résultats de 2015 comme sur le plan pour 2016 présentés par le gouvernement lors de la séance d’ouverture du 20 octobre dernier.

Selon le gouvernement, en 2015, le PIB national pourrait dépasser l’objectif fixé de 6,2% pour atteindre 6,5%. L’inflation est maîtrisée. Les indices macroéconomiques sont stables. Les réserves nationales de devises ont augmenté. Le bien-être social est garanti et les conditions de vie de la population se sont nettement améliorées, le taux de pauvreté ayant été ramené à 4,5%. Dans le secteur de la production, les industries de la transformation et de la mécanique sont en plein essor, et le secteur agricole a réussi à dépasser ses difficultés pour maintenir sa croissance.

Le député Nguyên Ngoc Hoà, de Hô Chi Minh-Ville, a souligné les deux grands succès de cette année. Il s’agit d’une croissance économique estimée atteindre 6,5%, au-delà de celle de 2014, et de l’accélération de l’intégration internationale avec l’achèvement de négociations et la signature de plusieurs accords de libre-échange bilatéraux ou multilatéraux. «Ces accords de libre-échange auxquels le Vietnam est partie ouvriront de nouvelles opportunités à l’économie nationale», a-t-il insisté.

Plusieurs problématiques pour l’économie

Saluant les réalisations obtenues, les députés ont aussi fait état des faiblesses, des défis et des risques pour l’économie vietnamienne. Ils se sont préoccupés du déficit budgétaire, de l’inefficacité de l’investissement public, d’une productivité et d’une compétitivité jugées encore faibles de l’économie nationale, notamment dans l’agriculture, du traitement lent des créances douteuses, du taux de chômage, des qualifications insuffisantes des ressources humaines, etc.

Impressionnés par la croissance économique du pays, certains députés ont néanmoins exprimé leur inquiétude au regard de l’augmentation de la dette publique qui a atteint 61,3% du PIB national cette année, un niveau très proche du plafond de 65% fixé par l’Assemblée nationale. Pour 2016 et les années à suivre, le pays devrait, selon eux, prendre des mesures effectives de remboursement des dettes afin de garantir la stabilité de l’économie nationale.

La plupart des députés ont proposé au gouvernement de bien gérer l’investissement public pour élever l’efficacité des capitaux employés. Photo: VNA

«Mon constat est que le déficit budgétaire et l’endettement de l’État sont lourds malgré les efforts du gouvernement de diminution des dépenses publiques, a souligné le député Hà Sy Dông, de la province de Quang Tri (Centre). Je pense que la meilleure solution est d'accélérer la privatisation des entreprises publiques, ce qui permettra de dégager des fonds au service du règlement des dettes venant à échéance».

Partageant cette idée, le député Trân Xuân Vinh, de la province de Quang Nam (Centre), a proposé que le gouvernement continue de surveiller rigoureusement l’investissement public pour éviter la corruption comme les gaspillages, ainsi que pour améliorer l'efficacité de l’emploi des fonds publics.

Dynamiser l’agriculture, une nécessité

Préoccupés par l’agriculture et le développement rural, beaucoup de députés ont livré des analyses profondes de la situation de l’agriculture vietnamienne qui «reste encore de trop petite envergure et faiblement concurrentielle». Ils ont proposé également des mesures pour dynamiser ce secteur. «Je suis d’accord avec la restructuration du secteur de l’agriculture comme l’a indiqué le rapport du gouvernement. L’une des solutions pour mener à bien ce processus est de faciliter et d’encourager les entreprises de toutes les composantes économiques à investir dans ce secteur», a proposé le député Nguyên Van Canh, de la province de Binh Dinh (Centre).

 

L’agriculture est l’un des secteurs qui nécessitent de forts investissements de l’État. Photo: VNA

La députée Khuc Thi Duyên, de la province de Thai Binh (Nord), s’est déclarée «inquiète» de l'accomplissement de plusieurs objectifs du Programme d’édification de la Nouvelle ruralité. «La restructuration agricole qui va de pair avec l’édification d’une Nouvelle ruralité est une politique juste de l’État, saluée par la population. Mais je trouve qu’avec la démarche actuellement mise en œuvre, nous aurons de la peine à atteindre en 2020 plusieurs objectifs dont 65%-70% des travailleurs du secteur agricole bénéficiaires d’une formation». Elle considère par ailleurs que les investissements de l’État dans la riziculture sont encore «modestes». Selon elle, le gouvernement devrait appeler les entreprises à investir dans l’agriculture «de A à Z», et encourager les riziculteurs à développer de grandes exploitations.

D’après la vice-présidente de l’Assemblée nationale Nguyên Thi Kim Ngân, la séance plénière des 2 et 3 novembre a été animée grâce aux avis très riches des députés qui ont abordé des questions majeures pour l’économie nationale. -CVN/VNA​

Vos commentaires sur cet article ...
Autres