Le ministre des ressources naturelles et de l'Environnement Tran Hong Ha interviewé par une journaliste de la VNA à New York. Photo: VNA

Hanoi (VNA) – En marge de la cérémonie de signature de l'Accord de Paris sur le climat tenue le 22 avril à New York, le ministre des Ressources naturelles et de l'Environnement, Tran Hong Ha, a parlé des travaux à ​réaliser pour concrétiser cet accord.

Dans un entretien accordé à l'Agence vietnamienne d'information (VNA), il a souligné que le pays devait identifier les opportunités et les défis de sa nouvelle phase de développement, y compris ceux dans l'adaptation aux changements climatiques et la mise en application de cet accord.

Il est nécessaire de considérer la transition vers le modèle de développement bas carbone et  résilients aux changements climatiques comme l'une des solutions obligatoires pour développer l'économie ​plus rapidement, en respectant l'environnement, et éviter le "piège du revenu intermédiaire" au moment où les énergies fossiles se raréfient et sont fortement déconseillées.

Dans le même temps, il faut mettre l'accent sur l'exigence de changer les comportements et les modes de vie de toute la société, afin d'établir des modèles de consommation et de production durables, d'utiliser les ressources naturelles de manière efficiente.

Deuxièmement, le pays révisera et promulguera des mécanismes et des politiques en matière d'adaptation aux changements climatiques conformément à l'Accord de Paris. Dans l'immédiat, il devra étudier les contenus de cet accord et élaborer des plans de mise en œuvre, puis les intégrer dans les stratégies, planifications et programmes de développement socio-économique des ministères, organismes et localités pour la période 2016-2020.

Le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc préside la 7è session du Comité national sur les changements climatiques. Photo: VNA

À long terme, il devra légiférer les dispositions contraignantes de cet accord, avant d'élaborer une loi sur les changements climatiques. Il faudra également rapidement promulguer des politiques destinées à encourager et à soutenir les entreprises pour intensifier les activités de diminution des émissions de gaz à effet de serre ; établir une feuille de route appropriée pour éliminer progressivement, dès 2020, les mécanismes et politiques de subvention des combustibles fossiles ; privilégier les projets de développement des énergies nouvelles, renouvelables et propres, comme ceux de recyclage des déchets et de production d'électricité à partir de déchets.

Troisièmement, le pays devra respecter et appliquer les réglementations internationales, intensifier la mise en œuvre des lignes directrices et des politiques du Parti et de l'État en matière d'adaptation aux changements climatiques ; faire des études pour élaborer un système d'indicateurs et d'outils d'évaluation et de suivi, ainsi qu'un système de rapports unifié sur les actions d'adaptation à ce phénomène, de mobilisation et d'utilisation des aides financières ; sans oublier de renforcer le rôle de supervision des organisations sociopolitiques et de la population.

Quatrièmement, le pays s'emploiera à développer des ressources humaines, à renforcer la recherche scientifique et le développement de technologies appropriées pour passer à des modèles de croissance, de production et de consommation bas carbone et résilients aux changements climatiques.

Cinquièmement, outre la valorisation des ressources internes, le pays cherchera à mobiliser les aides étrangères pour matérialiser ses engagements, développera le marché carbone domestique et participera à celui international.

Selon le ministre Tran Hong ha, dès après la signature de l'Accord de Paris, son ministère collaborera avec d'autres ministères et organismes pour accomplir les formalités juridiques afin de le soumettre pour approbation et élaborer une feuille de route pour sa mise en application. -VNA