Dans un atelier de fabrication de sacs à main pour l'exportation de la compagnie TBS, dans la province de Binh Duong (Sud). (Source: VNA)

Les exportations nationales de sacs à main pourraient rapporter cette année 2,6 milliards de dollars contre 2 milliards l’an passé. Les entreprises vietnamiennes fonctionnent à plein régime pour répondre aux commandes.

Les ventes à l’étranger de sacs à mains vietnamiens ont représent​é une part importante des exportations nationales des sept premiers mois de l’année. Selon ​de récentes ​données du Département de l'industrie légère (ministère de l’Industrie et du Commerce), les exportations de ce produit, entre janvier et juillet, ont rapporté 1,67 milliard de dollars, soit  une croissance de 17% ​en un an. En 2015, les sacs à main pourraient rapporter au pays 2,6 milliards de dollars, d’après l’Association vietnamienne des chaussures, du cuir et des sacs à main (Lefaso).

Des entreprises à 100% de leur capacité

D’après la plupart des entreprises spécialisées dans la sous-traitance et la fabrication de sacs à main, les États-Unis constituent un importateur majeur d’accessoires de mode. Suivent de près l'Union européenne et le Japon.

Basée dans le district de Hoc Môn, à Hô Chi Minh-Ville, la Sarl de confection Hoàng Gia a signé depuis le début de l’année de nombreux contrats avec ses partenaires étrangers, et ce n’est pas fini.  «Cette année, nous prévoyons 500.000 dollars d’exportation de sacs à main, révèle un responsable de l’établissement. Depuis 2008, l'entreprise a exporté ce produit pour près de 5 millions de dollars». Le responsable précise également qu’à côté de la sous-traitance pour des marques comme Eastpak, Lammner, Bauer, Adidas, Nike, Redbook, cet établissement privé se consacre également au design et à la fabrication de ses propres modèles. «Environ 50% de la valeur d'exportation provient de produits que nous concevons», détaille-t-il.

En prévision de ces bons résultats, la compagnie par actions TBS a construit, il y a 4 ans, une usine dans la province de Binh Duong (Sud). Forte de 3.000 travailleurs, la compagnie a obtenu des contrats d’une valeur totale de 10 millions de dollars pour exporter ses sacs à main, essentiellement aux États-Unis. ​Ces produits vietnamiens séduisent aussi les consommateurs japonais. D’après Nguyên Quôc Huy, directeur de la société de marketing Xuân Phong,  basée à Hô Chi Minh-Ville, par l’intermédiaire de sa société, une entreprise japonaise recherche un partenariat avec une entreprise exportatrice de sacs à main au Vietnam. La valeur des commandes pourrait atteindre un million de dollars par an.

«De grandes opportunités s’ouvrent aux entreprises vietnamiennes dans ce secteur», assure Nguyên Duc Thuân, président de Lefaso. D’après ses analyses, les marques ont tendance à s’orienter vers les sous-traitants vietnamiens plutôt que ​chinois comme auparavant. Si les entreprises saisissent cette occasion et investissent pour pouvoir répondre aux gros contrats, elles pourraient s’assurer un bel avenir, et ce d'autant plus que le Vietnam signent de plus en plus d’accords de libre-échange, bilatéraux ou multilatéraux. «Les contrats venus des États-Unis, de l’Union européenne ou du Japon suffiront à faire tourner les  entreprises à 100% de leurs capacités», a estim​é le dirigeant de Lefaso. -CVN/VNA