Hanoi (VNA) - Les produits de consommation “made in Vietnam” sont de plus en plus prisés par les Vietnamiens et certains occupent une grande part du marché. Pour  pouvoir profiter des retombées des accords de libre-échange qui entreront en vigueur en 2016, les entreprises doivent adopter une nouvelle stratégie de développement.

Les produits vietnamiens de grande consommation plébiscités sur le marché intérieur. Photo: vinexad.com.vn​

Selon les prévisions, la vente des produits grande consommation devrait générer un chiffre d’affaires de 140 milliards de dollars en 2016. Si l’entrée en vigueur des accords de libre-échange leur offrira de nombreuses opportunités, les défis à relever seront aussi de taille.

Les marchandises étrangères qui inonderont le marché intérieur rendront en effet la concurrence plus dure. Or, les capacités financières des entreprises vietnamiennes sont modestes et beaucoup doivent importer leurs matières premières de l’étranger.

La directrice du marketing et de la communication de Nestle Vietnam, Lê Thi Hoàng Yên,   propose: «L’entreprise mère et les succursales doivent améliorer leur compétitivité. Les magasins doivent adapter leur stratégie de marketing aux besoins de la clientèle.»  

L’économiste Lê Dang Doanh indique: «On n’a pas d’autre choix que de se confronter à la concurrence étrangère. Pour pouvoir gagner des parts de marché, les entreprises nationales doivent coopérer pour créer une chaîne de valeur leur permettant de mieux écouler leurs produits et de faire face à la concurrence étrangère, celle des pays aséaniens notamment... »

80% des consommateurs vietnamiens affirment préférer les produits vietnamiens pour leur consommation courante. Les produits les plus prisés sont le yaourt, le café, le nuoc mam (sauce de poisson), les nouilles instantanées et la bière.

Metro Cash & Carry Vietnam. Photo: VNA

Pour gagner des parts de marché, les entreprises vietnamiennes doivent moderniser leurs chaînes de production, privilégier les matières premières fabriquées au Vietnam pour réduire leurs importations et améliorer la qualité de leurs produits, explique la vice-ministre de l’Industrie et du Commerce Hô Thi Kim Thoa.

« L’Etat doit s’efforcer de rendre le marché plus transparent et défendre l’intérêt des consommateurs. Ces derniers doivent cependant apprendre eux aussi à se protéger en se renseignant notamment sur l’origine des produits. Les entreprises doivent accroître leur compétitivité et contrôler la qualité de leurs produits. Il leur faut aussi prendre les mesures nécessaires pour se protéger contre la concurrence illégale», fait-t-elle savoir.

Les fabricants de produits de grande consommation tentent de s’implanter sur le marché rural qui représente 68% de la population nationale. Aujourd’hui, ce marché est principalement achalandé de produits étrangers. – VOV/VNA