vendredi 18 août 2017 - 23:23:50

Les illusionnistes ont droit de cité à Hô Chi Minh-Ville

Imprimer

Auparavant très populaires, les grands spectacles de prestidigitation s’effacent peu à peu derrière la magie de rue qui offre une véritable proximité avec le public.

La magie de rue a ceci de particulier qu’elle crée une réelle complicité avec les passants. Les numéros sont souvent plus vivants et plus convaincants que dans une grande salle froide et sans personnalité. À Hô Chi Minh-Ville, ces «close-up» poussent comme des champignons. Un gagne-pain pour certains, un véritable moment de détente pour d’autres, et quelques instants de prestige pour ces bouts de trottoirs transformés le temps de quelques tours en salles de spectacles à ciel ouvert. Ont droit à leur heure de gloire ceux qui sont déjà les plus fréquentés, ceux du parc Lê Thi Riêng, Lê Van Tam, des sites touristiques, des rues animées, etc.

Le tour est joué

Ces illusionnistes, dans leur très large majorité, sont des amateurs particulièrement motivés. Leur âge ne dépasse pas la trentaine. Autodidactes, la plupart n’ont suivi aucune formation professionnelle officielle. Ils s’entraînent et se perfectionnent via Internet et à travers des rencontres avec d’autres jeunes. Le résultat va souvent bien au-delà du simple tour de carte : léviter, faire apparaître des objets, éclairer des ampoules au seul contact de la main, matérialiser le hamburger d’une affiche publicitaire, passer ses mains à travers une vitre, changer de vêtements en un clin d’oeil, couper des têtes, etc.

Interrogés sur ce qui les a poussé à choisir cette voie ils invoquent simplement la passion. Le jeune Lee Pin (de son vrai nom Hoàng), 25 ans, est technicien dans un hôpital. Le soir, avec son ami Lee To, 23 ans, ils tournent régulièrement dans toute la ville à la recherche d’un public curieux ou habitué. Lee Pin fascine par la manière dont il réussit à se jouer des cartes les plus perfides. Et comme si deux journées en une ne suffisaient pas, lorsque la nuit est déjà bien entamée, il continue de s’initier à de nouveaux tours en rentrant chez lui. « J’aime mon travail à l’hôpital, mais le +close-up+, c’est du plaisir à l’état pur », souligne-t-il.

Bien plus que de la magie

Actuellement à Hô Chi Minh-Ville, un club d’illusionnistes amateurs réunit une trentaine de membres. Selon Minh Triêt, son président : « La magie de rue est devenue tendance au Vietnam. Et notre association invite tous ceux qui s’y intéressent à nous rejoindre, même les enfants ». Il affirme que cette activité permet de «développer sa dextérité, ses réflexes, ses capacités de jugement et d’anticipation. Elle apprend également à saisir la psychologie de ses interlocuteurs».

Le club organise souvent des forums d’échanges et a ouvert plusieurs boutiques de vente en ligne. Chaque jour, celle de Lee Pin accueille entre 5 et 10 visiteurs, et enregistre diverses commandes d’objets et autres gadgets. « Chaque mois, nous organisons des événements, des réunions, des petites compétitions ou des formations en magie », confie Quôc Trung, adhérent au club.

« De plus en plus populaire, le +close-up+ permet non seulement aux jeunes amateurs d’arrondir leurs fins de mois, mais aussi de faire des rencontres et d’éveiller sa curiosité », insiste Minh Triêt. - VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres