Le collège de la commune de La Dom, district de Duc Co, province de Gia Lai, sur les hauts plateaux du Centre, construit grâce au programme 135. Photo : VNA/CVN
 

Hanoi (VNA) - Après 30 ans de mise en œuvre du Renouveau, le Vietnam figure sur la liste des pays à revenu moyen. Les régions peuplées d'ethnies minoritaires connaissent un développement des plus significatifs.

Avec la signature de la Déclaration du Millénaire en 2000, 189 états, dont le Vietnam, avaient pris l’engagement de réaliser d’ici 2015 une liste de huit Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Le but : coopérer au niveau international pour lutter contre la pauvreté, stimuler le développement et protéger l’environnement.

Quinze ans après, le gouvernement vietnamien annonce que ses engagements envers les OMD sont en passe d’être tenus. Outre les questions autour de la pauvreté, la formation et l’amélioration des conditions de vie en général, l’une des avancées majeures reste la stabilité sociopolitique des régions peuplées d’ethnies minoritaires.

Améliorer la vie des ethnies minoritaires

Lors du forum «Déploiement des objectifs de développement des ethnies minoritaires dans les plans de développement socio-économique - période 2016-2020», tenu début décembre 2015 à Hanoi, le Comité des affaires ethniques du gouvernement a présenté un rapport sur la portée et l’impact des plans et projets mis en place depuis plusieurs années. Et plus particulièrement, celui du programme 135 lancé en 1998, dédié spécifiquement au développement socio-économique des communes en grande difficulté et des régions d’ethnies minoritaires et montagneuses.

Entre 2011 et 2015, le financement du programme 135 s’est élevé à 15.000 milliards de dôngs, dont plus d’un milliard non remboursable de l’Irlande et de l’Union européenne. Il a été implémenté dans 2.331 communes et 3.000 villages répartis dans 52 provinces, et a permis de réaliser près de 22.000 projets d’utilité publique (dont rien que 3.700 en 2015), comme des routes, des ouvrages hydrauliques ou des écoles.

En outre, 458.000 personnes ont pu être formées aux techniques agricoles et sylvicoles, tout en bénéficiant de transferts technologiques. L’amélioration constante des infrastructures a permis de tisser un réseau de routes praticables entre les communes, de couvrir près de 98% des villages en électricité, ou encore pour les trois quarts d’entre eux, de construire un marché. Résultat : le taux de pauvreté dans les villages les plus démunis a diminué en moyenne de 3,5% par an. Des efforts et des résultats salués pendant le forum de décembre 2015 à Hanoi.

Le programme 135 permet d’améliorer les conditions de vie des habitants d’ethnies minoritaires dans la province de Gia Lai (hauts plateaux du Centre). Photo : VNA/CVN


Pratibha Mehta, la coordinatrice permanente de l’Organisation des Nations unies au Vietnam, a loué les progrès significatifs du pays dans l’accomplissement de ces objectifs. Pour l’ambassadeur irlandais Cait Moran, la réduction de la pauvreté des ethnies minoritaires reste le point focal du programme de coopération de développement entre son pays et le Vietnam.

Concrétiser les objectifs de développement

Cependant, la mise en œuvre de ces politiques sociales connaît des limites. Près de la moitié des foyers d’ethnies minoritaires vivent dans une situation précaire, représentant quelques 664.000 familles. Par manque de coordination et une faible implication de la population, les efforts pour réduire la pauvreté ont encore du mal à s’inscrire dans la durabilité. Le développement reste inégal entre les régions et les différents groupes sociaux, où l’accès à l’éducation, aux formations professionnelles et aux soins de qualité n’est pas garanti. De plus, la vie nomade et la destruction des forêts, impactant chacun à leur manière la société et l’écosystème, ne sont pas encore rigoureusement encadrées.

Pour faire face à cette situation, Le Comité des affaires ethniques élabore des textes guidant la mise en oeuvre de ces OMD soutenus par le gouvernement, et ce pour la période 2016-2020. Concrètement, d’ici quatre ans, le Comité a pour ambition de faire diminuer chaque année le taux de pauvreté entre 3% et 4% dans les régions des ethnies minoritaires, poursuivre la scolarisation générale au niveau du primaire, renforcer l’égalité en promouvant la position des femmes, diminuer la mortalité infantile et protéger l’environnement.

Pour concrétiser ces grands axes stratégiques, particulièrement au niveau des ethnies minoritaires se l’Assemblée nationale, les autorités vont recourir à des plans et des politiques de développement, qui plus est, seront objets à évaluation.

En guise de dernière mesure, Nguyên Danh Ut, vice-président du Conseil des affaires ethniques de l’Assemblée nationale, estime qu’il faut introduire les indices de développement des régions peuplées des ethnies minoritaires dans les plans futurs.-CVN/VNA