Jakarta (VNA) – Le vice-président américain Mike Pence a déclaré à l’issue de sa rencontre avec le président indonésien Joko Widodo, jeudi 20 avril à Jakarta, que Washington veut établir une relation commerciale équilibrée avec l’Indonésie.
 
Le président indonésien Joko Widodo (droite) serre la main du vice-président américain Mike Pence, le 20 avril à Jakarta. Photo : EPA/VNA
 
Le dirigeant américain a souligné que les États-Unis s’intéressent particulièrement à travailler avec l’Indonésie, la plus grande économie d’Asie du Sud-Est, pour construire une relation commerciale mutuellement avantageuse.

L’Indonésie est actuellement un des 16 partenaires commerciaux qui auraient réalisé les plus importants excédents avec les États-Unis et feraient objet d’un vaste réexamen dont l’objectif est d’identifier les «formes d’abus» et les «pratiques non réciproques» pesant sur les échanges.

Le président Joko Widodo a affirmé pour sa part que l’Indonésie préconise d’œuvrer avec les États-Unis pour renforcer leurs relations de partenariat stratégique, avec l’accent mis sur le commerce et l’investissement.

Il a fait savoir que les deux pays vont créer un groupe de travail pour discuter des questions liées aux investissements et à la gestion des échanges commerciaux bilatéraux en se basant sur le principe d’avantage mutuel.

Le chef de l’État indonésien et le vice-président américain ont également échangé leurs vues sur la coopération contre le terrorisme et la garantie de la sécurité et de la sûreté maritimes. 

Selon les chiffres du ministère indonésien du Commerce, le commerce indo-américain a atteint 23,83 milliards de dollars en 2016 et l’Indonésie a enregistré un surplus commercial de 8,65 milliards de dollars par rapport aux États-Unis.

Le président américain Donald Trump a signé le 31 mars deux décrets qui visent à déterminer les pays à l’origine du déficit commercial américain. Il s’agit de lister pays par pays et produit par produit les caractéristiques des échanges avec les partenaires qui réalisent les plus importants excédents avec les Etats-Unis.

Cet audit devrait durer 90 jours au terme desquels la Maison Blanche veut disposer d’une base de réflexion concrète sur les décisions qui pourraient être prises afin de résorber le déficit commercial américain. 

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a cependant précisé que cette revue d’ensemble ne déboucherait pas forcément sur des mesures de rétorsion. – VNA