Chaque période a ses grands hommes. Au Vietnam, nombreuses sont les célébrités nées sous le signe du Cheval. Quelques figures représentatives.

Hô Quy Ly, roi rénovateur (1336-1407)

Né à l’année du Cheval Binh Ngo (1336), Hô Quy Ly a été le roi du Dai Viêt (ancêtre du Vietnam) de 1400 à 1401, et le fondateur de la dynastie des Hô.

Issu d’une famille noble, sous la dynastie des Trân (1225-1400), Hô Quy Ly s’affirme en tant que dignitaire influent. Sous les rois Trân Nghê Tông (1370-1372) et Trân Duê Tông (1372-1377), ses cousins, Hô Quy Ly assume d’importantes fonctions au sein de la cour. Il renforce peu à peu le contrôle qu’il exerce sur les affaires du pays alors que la dynastie Trân connaît des perturbations politiques.

En 1390, il remporte une victoire sur le roi du royaume du Champa, Che Bong Nga, ce qui lui permet de se hisser à la tête de l’armée du Dai Viêt. Après la mort du roi père Trân Nghê Tông en 1393, Hô Quy Ly prend réellement les rênes du pays. En 1398, il force le roi Trân Thuân Tông à abdiquer en faveur du petit roi Trân Thiêu Dê, trois ans, qui est destitué deux ans après. Accédant au trône en 1400, Hô Quy Ly fonde la dynastie Hô, avant d’abdiquer en 1401 en faveur de son fils Hô Han Thuong, pour devenir roi père.


Durant 35 ans au pouvoir, Hô Quy Ly a mené pas à pas une grande révolution dans tous les domaines : administration, politique, armée, économie, culture, éducation, société, construction architecturale... À remarquer que la fameuse «Citadelle de la dynastie Hô», qu’il a fait construire en 1397 dans la province de Thanh Hoa (Nord), a été reconnue en 2011 par l’UNESCO patrimoine mondial.

Lê Quy Dôn, savant éminent (1726-1784)

Né à l’année du Cheval Binh Ngo (1726), Lê Quy Dôn est entré dans l’histoire du Vietnam comme un savant éminent de son époque.

Intelligent et studieux, à l’âge de 14 ans, Lê Quy Dôn avait déjà lu et assimilé tous les livres classiques et historiques du Confucianisme. De Thai Binh, sa province natale, il suit son père, le Docteur Lê Trong Thu, à la capitale Thang Long (ancien nom de Hanoi) pour poursuivre ses études. Il obtient de brillants résultats : lauréat au concours interprovincial à 18 ans, lauréat au concours national à 24 ans, deuxième lauréat au concours suprême à 27 ans. En qualité d’académicien, Lê Quy Dôn est chargé au fur et à mesure d’importantes fonctions au sein de la cour (de la dynastie des Lê) : ambassadeur en Chine, superviseur et professeur à l’Université nationale Quôc Tu Giam, censeur du roi...