Hô Chi Minh-Ville (VNA) - Des centaines de bénévoles francophones se sont rassemblés à Hô Chi Minh-Ville pour la Journée du volontariat français au Vietnam, organisée le 21 novembre par France Volontaires, sous les auspices de l’ambassade de France.

Placée sous le thème “Paroles Volon’terre”, la Journée du volontariat français a pour objet de valoriser les engagements volontaires en faveur d’un développement durable au Vietnam, notamment en matière de changement climatique et d’éducation.

Rassemblement des volontaires français.

L’objectif de ce rassemblement est de promouvoir ce que font les volontaires au Vietnam, mais aussi ce que font également les organisations non gouvernementales et les institutions qui accueillent les volontaires et qui mènent leurs activités dans différents secteurs.

Rémy Hallegouet, représentant régional en Asie de France Volontaires, a fait savoir que celle-ci travaillait avec des organisations vietnamiennes afin de déterminer leurs besoins futurs en matière de volontariat, ainsi que pour conduire des activités de prospection dans ce cadre.

Dans la perspective de 2016, on va voir dans quelle mesure, il y a encore des possibilités de développement de nouveaux partenariats avec des volontaires français ou européens, notamment dans les secteurs de l’environnement et de l’éducation que nous avons traités aujourd'hui”, a déclaré Rémy Hallegouet, avant d’ajouter qu’un nouvel objectif sera poursuivi, la possibilité pour les volontaires vietnamiens de faire du volontariat en France en coopération avec des organisations françaises. 

Renforcer le partenariat avec les partenaires vietnamiens

L’antenne au Vietnam de France Volontaires, ouverte en 2009, est chargée de fournir des volontaires au Vietnam et de la coordination avec les acteurs du volontariat qui peuvent travailler sur les projets avec les organisations non gouvernementales au Vietnam, ainsi qu’avec les organisations décentralisées franco-vietnamiennes ou dans le cadre des coopérations universitaires.

Nguyên Thi Thuy Huong, représentante de France Volontaires au Vietnam et au Laos.

"Cette année on a dix volontaires solidarité internationales qui travaillent à Paddi (Centre de prospective et d’études urbaines), à Hô Chi Minh-Ville, un autre volontaire qui travaille au CFVG (Centre franco-vietnamien de formation à la gestion), et deux autres qui travaillent à l’Université de Pham Ngoc Thanh, ceux-ci intervenant dans plusieurs établissements comme à l’hôpital de pédiatrie ou à l’orphelinat de Go Vâp” a indiqué Nguyên Thi Thuy Huong, représentante de France Volontaires au Vietnam et au Laos.

Amélia Houmaïri-Romy, master en relations internationales et volontaire française, présente à cette occasion, est arrivée au Vietnam en octobre 2014 où elle a participé aux activités de l’Association Côtes d’Armor, une organisation qui mène des projets bénévoles, notamment à Nghê An et à Hà Tinh (Centre), depuis plus de 20 ans. Elle partage qu’elle a travaillé avec l’Union des femmes de ces deux provinces sur le développement du micro-crédit et du parrainage, et participé à des activités humanitaires au profit de patients défavorisés dans les hôpitaux.

Je connais France Volontaires par le réseau francophone des volontaires français”, a-t-elle précisé. Amélia Houmaïri-Romy reste au Vietnam jusqu’en septembre 2016, profitant de ses activités pour poursuivre son doctorat. “Je suis optimiste sur le fait que de plus en plus de Vietnamiens s’engageraient dans des activités volontaires”, a-elle-répondu à une question sur son appréciation du dynamisme de la participation des Cietnamiens aux activités volontaires.

L’Association France Volontaires, auparavant Association française et volontaires du progrès, a été créée en 1963 par le Général De Gaulle. Début 2010, elle s’est restructurée et regroupe aujourd’hui 35 associations et organisations publiques, dont le ministère des affaires étrangères.

Les premiers volontaires de France Volontaires sont arrivés au Vietnam en 2000. Les projets sont répartis un peu partout dans le pays avec des volontaires qui restent une ou deux années, et certains, un peu plus. -CVN/VNA