Les neuf urnes dynastiques ont été fondues sur ordre du roi Minh Mang.

Thua Thien-Huê (VNA) - Les neuf urnes dynastiques de Huê ne sont pas seulement des trésors nationaux montrant l'autorité et la puissance de la dynastie des Nguyên, la dernière dynastie féodale du Vietnam, ce sont aussi des archives uniques sur l’histoire du Vietnam au début du XIXe siècle.

Sur ces neuf urnes dynastiques, de nombreux noms de montagnes, de rivières et d'îles maritimes du Vietnam sont inscrits de façon très claire. Cela prouve une nouvelle fois que nos ancêtres avaient une conscience profonde de la souveraineté nationale, notamment sur la mer et les îles.

Pendant la période féodale, dans les pays orientaux comme le Vietnam, l'urne symbolisait l'autorité du roi. Il existe à Huê un ensemble de neuf urnes dynastiques datant de la dynastie des Nguyên, reconnu «Trésor national» par le Premier ministre en 2012.

Ces neuf urnes ont été moulées sur ordre du roi Minh Mang pendant l'hiver 1835 et achevées le 1er mars 1837. Elles ont été placées dans la cour du temple Thê Miêu (où les rois Nguyên étaient vénérés), au cœur de la Citadelle impériale. Chacune désignait un roi de la dynastie des Nguyên, et  était nommée après la mort de celui-ci. Par exemple, l'urne Cao, du roi Gia Long, a été nommée «Cao Hoàng Dê», l’urne Nhân, du roi Minh Mang, a reçu le nom de «Nhân Hoàng Dê»...

L'urne Cao - la plus haute et plus lourde - est placée juste au milieu des neuf urnes et c’est la seule à être mise à 3 m en avant des autres pour glorifier le roi fondateur de la dynastie des Nguyên.

Sur chaque urne, sur ordre du roi Ming Mang, des artisans ont sculpté 17 scènes et une calligraphie montrant des montagnes et rivières, des oiseaux et autres animaux, des armes... Sur l’ensemble des neuf urnes, on dénombre 162 scènes sculptées. Une sorte d’encyclopédie vivante sur le Vietnam de cette époque.

Chaque scène est toujours accompagnée d'un nom en écriture Han-Nôm. Ainsi, bien que les images sculptées soient montrées symboliquement, nous pouvons connaître les noms des rivières, des îles, des plantes, des animaux ou des lieux représentés...
Avant que les urnes ne soient moulées, le roi Minh Mang avait demandé clairement : «Il n'est pas nécessaire de sculpter tous les symboles des montagnes, des rivières mais il est nécessaire de graver le nom, l'origine pour une compréhension facile».

Selon Phan Thuân An, un spécialiste de Huê, l'image de souveraineté du pays sur les archipels des Spratly et Paracels apparaît clairement sur l'urne Cao, avec trois scènes : mer de l’Est (Dông Haï), bateau de l’armée et tortue (trionyx).

En outre, sur l'urne Nhân, on peut voir la mer du Sud, une baleine et un caret. Sur l'urne de Chuong, la mer de l'Ouest, un bateau en forme de dragon et une tortue. Sur les urnes Nghi et Thuân, l'estuaire de Thuân An, l'estuaire de Dà Nang et la mer de Cân Gio...

Les images des mers de l'Est (Dông Haï), du Sud (Nam Haï) et de l'Ouest (Tây Haï) sont représentées par des vagues ondulantes, de nombreuses îles de tailles différentes et de nombreux caractères Han-Nôm stipulant clairement le nom de chaque mer.

Selon les chercheurs, sous le règne du roi Minh Mang, la délimitation administrative des localités et des mers a été réalisée très clairement. Ainsi, la mer de l'Est s'étend du Nord à Binh Thuân, et englobe les archipels des Spratly et Paracels.

La mer du Sud s'étend de Binh Thuân à Hà Tiên avec de nombreuses îles telles que Dai Kim, Manh Hao, Nôi Truc, Côn Dao, Phu Quôc, Thô Châu... bordant les eaux territoriales de la Malaisie et de l'Indonésie.

La mer de l'Ouest (Tây Haï) est adjacente au golfe de Thaïlande.

Ces scènes sculptées sur les neuf urnes dynastiques sont une précieuse source de documents réaffirmant la souveraineté séculaire indiscutable du Vietnam sur les archipels des Spratly et Paracels. -VI/VNA