Bruxelles (VNA) - Une table ronde sur l’économie et la géopolitique mondiales a eu lieu le 12 avril à Bruxelles. Le Courrier du Vietnam a eu un entretien avec l’un de ses intervenants, Nabil Jijakli, directeur général adjoint de la société Delcredere Ducroix, membre du groupe Credendo, spécialisé dans l’assurance.

Nabil Jijakli, directeur général adjoint et membre du comité exécutif de la société Delcredere Ducroix, membre du groupe Credendo et la correspondante du Courrier du Vietnam à Bruxelles.
La table ronde sur le panorama de l’économie et la géopolitique mondiales, organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie Belgique-Vietnam, a particulièrement insisté sur l’économie vietnamienne. Cet événement, organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie Belgique-Vietnam, a réuni des représentants des entreprises belges menant des affaires au Vietnam et notamment Nabil Jijakli, économiste, directeur général adjoint et membre du comité exécutif de la société Delcredere Ducroix, membre du groupe Credendo, spécialisé dans l’assurance.

Interviewé par Le Courrier du Vietnam, Nabil Jijakli a estimé que l’économie vietnamienne était sur la bonne voie, et ce depuis des années. Il a souligné que la Belgique prenait en considération ses relations économiques avec le Vietnam, un pays qui bénéficie d’une grande stabilité politique et donc, par extension, d’une vraie stabilité économique. «La croissance économique du Vietnam supérieure à 6% par an fait rêver bon nombre de pays occidentaux».

D’après cet économiste, le Vietnam a pour atouts d’être dans une région très dynamique : l’Asie du Sud-Est. De plus, il abrite une population jeune, créative et ayant un niveau d’éducation élevé. Ce qui est favorable à l’industrie, surtout l’industrie manufacturière. «L’environnement de l’investissement au Vietnam est attractif. Les entreprises européennes doivent saisir cette opportunité car son pays voisin, la Chine, y verse de gros capitaux», a rappelé M. Jijakli.

De plus, l’Accord de libre-échange Union européenne-Vietnam (EVFTA) - dont les négociations se sont achevées à la fin de l’année dernière - offre une fabuleuse opportunité aux investisseurs européens d’injecter des fonds au Vietnam. En effet, une fois en vigueur, cet accord permettra de lever les barrières tarifaires en faveur des investisseurs vietnamiens et européens. Ce qui contribuera à établir un partenariat privilégié entre l’UE et le Vietnam. L'accord de partenariat transpacifique (TPP), conclu par 12 pays dont le Vietnam, ouvrira également de nombreuses opportunités en faveur des investisseurs européens.

Cependant, Nabil Jijakli a également indiqué les freins à la croissance vietnamienne. En premier lieu, la morosité économique mondiale, qui affecte plus ou moins durement tous les pays du monde. Ensuite, le ralentissement de l’économie chinoise, qui a également des impacts sur la région Asie. Enfin, les problèmes géopolitiques dans la région, à commencer par les tensions en Mer Orientale, sont des obstacles pour l’économie vietnamienne.

Pour en revenir à la table ronde à proprement parler, les représentants des entreprises belges ont apprécié l’environnement de l’investissement au Vietnam, affirmant qu’il s’agissait d’un marché attrayant et à fort potentiel pour les entreprises européennes dans les secteurs des technologies, de l’environnement, la fabrication, etc. -CV​N/VNA