Le ratio chiffre d’affaires à l’export sur PIB du Vietnam est de 160%, le deuxième le plus élevé des pays de la région Asie-Pacifique après Singapour et ses 260%. Photo : VNA

 

Hanoi (VNA) - Le projet de documents du XIIe Congrès national du Parti communiste vietnamien (PCV) fait l’objet d’une consultation de la population, afin de collecter les avis, les politiques et mesures de développement économique intéressant particulièrement celle-ci.

Ayant pour thème : «Renforcer l’édification d’un parti sain et solide, exploiter les ressources de tout le pays et de la démocratie socialiste, accélérer le Renouveau, défendre la Patrie, maintenir un environnement pacifique et stable, renforcer les bases pour faire du Vietnam un pays industrialisé et moderne», le projet commence par évaluer les résultats de ces cinq dernières années, mais aussi des 30 ans du Renouveau.

Il est ensuite consacré à la définition d’un nouveau modèle de croissance, une priorité pour le pays. Le Vietnam a appliqué un modèle de croissance basé sur l’exploitation des ressources naturelles et d’une main-d’oeuvre bon marché. Ce modèle s’avère inadéquat désormais, et le temps est venu d’en changer.

Appliquer un nouveau modèle de croissance

Le prochain modèle reposera sur les ressources humaines qualifiées et les savoir-faire, notamment pour le secteur manufacturier qui est l’un des fleurons de l’économie nationale. Cette démarche rejoint et s’inscrit dans l’institution d’une économie socialiste de marché qui doit être accélérée en tant que source de croissance.

Concernant le panorama de l’économie vietnamienne durant le mandat 2011-2015, le projet relève que les indicateurs macroéconomiques sont restés stables malgré la difficile conjoncture économique dans le monde. S’agissant des mesures destinées à donner un nouvel essor à l’économie nationale, Trân Hoàng Ngân, membre de la Commission de l’économie de l’Assemblée nationale et recteur de l’Université des finances et du marketing de Hô Chi Minh-Ville, indique que «le projet détermine six objectifs majeurs, dont le troisième est l’amélioration de la qualité de la croissance et de la productivité, lequel est essentiel». Et d’ajouter : «Alors qu’auparavant, nous privilégions ce qui venait de l’extérieur, désormais, nous cherchons à harmoniser marché de l’export et marché domestique».

Par ailleurs, les premiers dépouillements des avis des citoyens révèlent qu’ils approuvent le projet en ce qu’il privilégie l’amélioration des ressources humaines et la promotion des potentiels scientifiques et technologiques au service du développement économique national.

Marché intérieur, priorité nouvelle

Le projet de rapport insiste tout d’abord sur la nécessité de mener une réforme approfondie au niveau national comme local. Avant le XIIe Congrès, le PCV s’était fixé pour objectif de faire du Vietnam un pays pour l’essentiel industrialisé et moderne en 2020. Mais cet objectif doit aujourd’hui être revu à la baisse.

Il est urgent de restructurer le modèle de croissance. Photo : VNA

Aussi le projet de rapport destiné au XIIe Congrès se contente d’atteindre les bases permettant de réaliser l’objectif d’un pays pour l’essentiel industrialisé et moderne, mais après 2020, donc. D’autre part, le bilan de ces 30 dernières années de Renouveau montre une pérennisation de certains des risques identifiés par le Parti il y a quelques années, notamment que le Vietnam pourrait prendre du retard sur le plan économique par rapport aux autres pays de la région et du monde.

Le développement national dépend toujours à titre principal du volet économique. Or, actuellement, l’économie nationale présente plusieurs faiblesses importantes, de qualité, de valeur ajoutée, de compétitivité et de productivité notamment. Le Vietnam doit impérativement mener un développement soutenu et durable et, pour ce faire, il lui faut appliquer les trois mesures clés définies par le XIe Congrès du Parti : perfectionner l’économie de marché à orientation socialiste, former des ressources humaines qualifiées, et édifier des infrastructures modernes. Ces points devront faire l’objet d’une nouvelle insistance lors du prochain congrès.

Nouvelle priorité dans le projet de rapport : le développement du marché  intérieur durant le quinquennat 2016-2020, plutôt que le seul développement de celui de l’export. Aujourd’hui, le pays réalise un chiffre d’affaires annuel à l’export de 298 milliards de dollars, alors que son PIB est de 186 milliards de dollars. Pour remédier à ce déséquilibre, des efforts sont appelés pour donner un essor à l’économie nationale par l’intermédiaire du marché domestique, fort de ses plus de 90 millions d’habitants, consommateurs potentiels.

Le ratio chiffre d’affaires à l’export sur PIB est de 160%, le deuxième le plus élevé des pays de la région Asie-Pacifique après Singapour et ses 260%. L’économie du Vietnam se trouve ainsi largement tributaire de l’économie mondiale et de ses fluctuations, selon le Docteur et vice-Professeur Trân Hoàng Ngân. En vue de limiter les effets négatifs de l’intégration mondiale, il faut développer le marché intérieur, notamment en prenant des mesures de soutien du secteur privé, à commencer de ses petites et moyennes entreprises.  –CVN/VNA