vendredi 18 août 2017 - 10:16:11

L'école de musique pentatonique au cœur de la pagode Dơi

Imprimer

  La pagode Doûi (excellence) baptisée pagode Dơi (pagode des Chauves-souris) par la prononciation populaire, dans la ville de Soc Trang (delta du Mékong), attire beaucoup de touristes nationaux et étrangers. C’est un abri de chauves-souris, qui trouvent un asile sûr dans l'ombre de Bouddha, mais aussi une école de musique pentatonique khmère. La Voix du Vietnam s’est rendue sur place.

Situé à 3 km au sud-est du centre-ville de Soc Trang, la pagode des Chauves-souris est l’un des emblèmes architecturaux des Khmers du Sud du Vietnam. C’est un abri de chauves-souris, comme son nom l’indique, mais aussi une école de musique pentatonique khmère. Les touristes chanceux qui s’y aventurent le week-end auront l’occasion d’écouter des jeunes apprentis musiciens.

Nous sommes en pleines vacances d’été, les enfants vont apprendre la musique à la pagode tous les jours, au lieu du seul week-end comme c’est le cas au cours de l’année scolaire. Le plus petit a 6 ans, et le plus âgé, 15 ans.

C’est Dô Minh Duong (photo), 15 ans, qui prend aussi la responsabilité d’expliquer les difficultés aux plus petits: “Nous nous réunissons tous les week-ends pour jouer à l’intention des touristes. Le reste du temps, nous apprenons avec nos professeurs. Ces petits sont débutants, les principaux interprètes sont les plus grands. Le morceau que vous venez d’entendre est une musique triste destinée aux funérailles.” 

Ça fait un an seulement que Duong apprend la musique pentatonique, mais il peut déjà utiliser tous les instruments.

Un ensemble pentatonique est composé d’instruments classés en 5 catégories: bois, cuivre, fer, cuir et vent. Le tambour shampho est constitué d’un fût très légèrement conique sur lequel sont tendues deux morceaux de cuir de boeuf. Le musicien frappe sur les deux faces pour donner les sons souhaités. 

Deuxième et principal instrument: le Rônek qui est constitué de 26 lames en bois ou en bambou, de forme rectangulaire, qui sont assemblées en clavier. Le musicien frappe sur ces lames à l’aide de 2 baguettes en bois. Troisième instrument: le Chling qui ressemble un peu au gong des Kinh.

Quatrième instrument: le Sro Lay qui est un instrument à vent composé de différents tubes en bois précieux. Le musicien le met en position verticale et souffle dans une embouchure. Cinquième instrument indispensable: le Pun Piet, un ensemble de 16 petits gongs en cuivre assemblés sur un support en rotin, en forme de demi-lune, rappelant évidemment le gamelan indonésien. Le musicien se met au milieu de ce cercle, frappant sur les gongs à l’aide de 2 baguettes dont l’extrêmité est garnie de cuir.

L’ensemble pentatonique des Khmers peut interpréter la musique traditionnelle mais aussi la musique moderne. Duong Van Ninh, 12 ans, est heureux de pouvoir suivre des cours à la pagode: “J’ai commencé à apprendre cette musique il y a 2 semaines. Je peux jouer maintenant 3 morceaux. C’est très difficile. Le soir, j’apprends une moitié et le matin, l’autre moitié d’un morceau.”

La musique pentatonique berce la vie des Khmers. Les musiciens ne sont pas des professionnels mais des paysans. Les petits à la pagode des Chauves-souris se montrent très motivés. Dô Minh Duong a dit: “J’ai appris une cinquantaine de pièces. Les autres apprennent aussi vite. En fait, il n’y a que le premier morceau qui est difficile à apprendre. Ensuite, ça ira tout seul.”

La pagode des Chauves-souris n’est pas la seule à apprendre la musique pentatonique aux jeunes Khmers. Bien d’autres ont même créé des clubs, en ouvrant des classes gratuites. Car, ce sont les enfants d’aujourd’hui qui insuffleront une nouvelle vitalité à la musique de leurs ancêtres, pour qu’elle résonne à jamais dans les villages, quelles que soient les turbulences de la vie moderne. - VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres