Il y a dix siècles, la danse Xoè était une danse populaire exécutée à l'occasion de l’installation des hameaux et des villages ou pendant les fêtes de l'ethnie Thaï. Aujourd'hui, elle s’est développée en 36 danses et est devenue le symbole de la solidarité entre les groupes ethniques du Nord-Ouest.

Muong Xo, pays de la danse Xoè de l'ethnie Thaï

Selon la légende du peuple Thaï, au 10e siècle, Lac Truong, chef de la région de Muong Lo (province de Yên Bai aujourd'hui), a conduit les villageois dans la région de Muong So (district de Phong Thô, province de Laï Châu aujourd'hui) pour récupérer des terres pour l'agriculture et la construction de hameaux. C'est le lieu d’origine de la danse Xoè du peuple Thaï du Nord-Ouest.

Initialement, la danse Xoè était interprétée par les garçons et les filles qui se tenaient la main pour former une ronde et dansaient ensemble, au son de luths en courge, de tambours, de violons à deux cordes, de gongs et de cymbales.

Avant la victoire de Diên Biên Phu (1954), l'ensemble de la zone de Muong So était habitée par le peuple Thaï et gouvernée par le roi Dèo Van Ân. Il aimait beaucoup la danse Xoè. On comptait à Muong So des centaines de troupes de danseuses et les festivals de Xoè avaient lieu tout au long de l’année. Pendant ces festivals, garçons et filles se rassemblaient sur les rives de la rivière Nâm Na, entamaient la conversation, dansaient le Xoè et buvaient ensemble de l’alcool de maïs. Sous la lueur du feu vacillant, leur chant et les sons mélodieux des luths en courge donnaient lieu à une nuit de danse fascinante.


Dans les premières années du 20e siècle, de danse populaire, le Xoè est devenu «une danse de cour» pour les chefs de la région Nord-Ouest. Selon l’artisane Lo Thi Phe, 89 ans, qui est la dernière danseuse de la troupe Xoè du roi Dèo Van Ân, avant la libération de la province de Diên Biên, la troupe Xoè de Muong So a effectué des performances à Paris qui ont eu un certain succès.

Elle a également déclaré : «Les dieux et les ancêtres de notre ethnie Thaï vivent dans le ciel. Donc, avant un festival de Xoè, nous avons pour rite de planter un mât Nêu et de chanter pour les inviter à rejoindre les villageois».

Lorsque nous sommes arrivés au hameau, Mme Phe entraînait activement l’équipe Xoè de Muong So qui se préparait à aller dans la province du Yunnan (Chine) pour un échange artistique.

Aujourd'hui, le Xoè se développe et est devenu un patrimoine commun aux groupes ethniques du Nord-Ouest, un symbole de leur solidarité. Des festivals sont organisés chaque année dans les provinces de Lai Châu, Diên Biên, Son La, Hoà Binh et de Yên Bai.

Une party Xoè au pays Muong

Selon Mme Dô Thi Tâc, une spécialiste du folklore de la province de Lai Châu, la danse Xoè avec gongs est le plus grand festival printanier de la communauté Thaï du Nord-Ouest, et plus particulièrement de Muong Than. Les Thaï organisent ce festival pour prier un temps clément, de bonnes récoltes et pour la paix et la quiétude des villages. Le festival est si célèbre qu'il est considéré comme une «party Xoè», car de nombreuses danses fascinantes sont interprétées, et les plats sont copieux.

Dans le hameau de Lac, nous avons soudainement entendu le bruit de tambours, de gongs et de la cithare Tinh tâu. La famille de Vi Van Thanh accueillait 30 touristes de France, de Russie et de Chine pour assister à une performance de Xoè.