Le porte-parole du ministère vietnamien des Affaires étrangères. Photo: VNA
 

Hanoi (VNA) -  Le Vietnam rejette catégoriquement les propos tenus le 11 janvier par le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères (AE) sur l’atterrissage d​'avions civils sur l’aéroport illégalement construit par la Chine sur le récif de Chu Thâp (Ferry Cross), dans l’archipel vietnamien de Truong Sa.

C’est ce qu’a indiqué le porte-parole du ministère vietnamien des AE Lê Hai Binh. « Le Vietnam réaffirme sa souveraineté indiscutable sur les archipels de Truong Sa (Spratly) et de Hoàng Sa (Paracel) », a-t-il déclaré.

Concernant les récents vols chinois, le Département de l’aviation civile du Vietnam a plusieurs fois affirmé : « le Centre de contrôle du trafic aérien de la région d'information de vol (FIR) d'Ho Chi Minh-Ville n’a reçu aucune annonce d'un plan de plans de vol par la Chine comme elle le prétend ».

« Le 30 décembre 2015, ​lorsqu'un représentant de l’ambassade chinoise à Hanoi avait informé ​le ministère vietnamien des AE d'une éventuelle utilisation de ses avions civils pour ​réliser des vols à destination du récif de Chu Thap, le Vietnam avait immédiatement protesté et demandé à la Chine ​d'y renoncer ».

« Le fait que la Chine considère l’envoi ​d'avions sur le récif de Chu Thâp comme faisant partie de ses activités aériennes ordinaires est une manière de revendiquer sa souveraineté sur l’archipel de Truong Sa. Ces agissements ​portent gravement atteinte à la souveraineté du Vietnam sur cet archipel ».

​Par ailleurs, les vols ​chinois à destination du récif de Chu Thap, qu’ils soient effectué sous n’importe quel prétexte, portent atteinte à la liberté et à la sécurité de la navigation aérienne en Mer Orientale, ​sont contraire au droit international dont la convention de Chicago de 1944 sur l’aviation civile et ses annexes ​sur les règles de vol dans l’espace aérien international, notamment les annexes 2 et 11 ».

"Une fois de plus, le Vietnam exige de la Chine de mettre fin ​à ses vols à destination du récif de Chu Thap, de ne pas mener d'autres actions qui violent la souveraineté du Vietnam, afin de contribu​er pratiquement au maint​ien de la paix et de la stabilité dans la région, ainsi qu'à la liberté et à la sécurité de la navigation aérienne et maritime en Mer Orientale », a conclu le porte-parole du ministère vietnamien des AE, Le Hai Binh. -VNA