Hanoi  (VNA) - Les produits souvenirs permettent de créer des emplois et de véhiculer l’image du pays dans le monde. Cependant, le Vietnam se cherche encore dans ce domaine, et ce malgré ses plus de 5.000 villages de métiers traditionnels.

Il est temps de se concentrer dans la création d’objets souvenirs emblématiques du pays. Photo :Quang Quyêt/VNA/CVN

Selon une étude du secteur du tourisme, au Vietnam, les voyageurs étrangers ne consacrent que 15% à 25% de leurs dépenses à faire du shopping, contre la moitié en Thaïlande. La raison invoquée est le manque d’objets souvenirs dans le pays.

La plupart des grandes nations touristiques ont leurs propres souvenirs qui véhiculent leur identité. Des produits emblématiques que la plupart des touristes ramènent dans leurs valises. On peut citer les poupées russes ou matriochkas, l’éventail japonais, les miniatures de la tour Eiffel à Paris et des tours jumelles Petronas de Kuala Lumpur en Malaisie, le Merlion de Singapour, l’éléphant thaïlandais, les castagnettes espagnoles, etc.

Bien que le Vietnam ait une identité culturelle très diversifiée et une foison de villages artisanaux, trouver un souvenir particulier est compliqué. «Les objets souvenirs du Vietnam sont guère attractifs. Il y a certes des produits en céramique ou en bambou, mais ils sont encombrants et donc difficiles à emporter dans les bagages», a commenté Tân Quyên, un guide touristique.

Hanoï, par exemple, compte près de 400 villages de métiers artisanaux. Cependant, il n’existe aucun produit susceptible d’incarner ou de véhiculer l’image de la ville. Dans ses deux villages de métiers traditionnels les plus réputés, Bát Tràng (céramiques) et Van Phúc (soieries), on peut même trouver une pléthore de produits chinois à bas prix. Un comble! 

Quelle stratégie adopter?

«Afin de trouver des objets souvenirs caractéristiques du pays ou de localités, surtout artisanaux, il est nécessaire de lancer des études. Il faudra choisir des produits de belle facture, de taille adéquate et convenant aux goûts de la clientèle», a déclaré Pham Trung Luong, ancien directeur adjoint de l’Institut de développement touristique.

Vu Hy Thiêu, spécialiste de l’artisanat, a pointé du doigt le manque de créativité des artisans. «Bien qu’il existe une grande variété de produits artisanaux locaux, ils plaisent guère aux clients. Les artisans sont les dépositaires du savoir-faire de leurs aïeux, aussi se concentrent-ils dans la poursuite du savoir-faire traditionnel et non dans l’innovation, la recherche de nouveaux designs», a-t-il déploré.

Depuis 2009, l’Administration nationale du tourisme appelle les localités touristiques à réfléchir à des produits emblématiques s’inspirant de particularités locales. Certaines ont déjà lancé des concours sur ce thème, mais sans grand résultat. Aussi est-il nécessaire de continuer de réfléchir à de nouvelles pistes afin de trouver des produits représentatifs, pour que lorsque viendra le temps pour les touristes d'acheter des cadeaux, ils n’aient plus trop à réfléchir… -CVN/VNA