Nông Ich Dam est un nonagénaire d’ethnie Tày vivant dans une région reculée de la province montagneuse de Cao Bàng (Nord). Son plaisir : rencontrer les touristes visitant la grotte située non loin de chez lui et leur parler dans leur langue.

Nông Ich Dam est le doyen de son village dans la commune de Dam Thuy, district de Trùng Khanh. Malgré le poids des ans, le vieillard est toujours actif et ne se défait jamais de son sourire. Les villageois le considèrent comme un livre vivant de l’histoire locale. Mais il est surtout renommé pour sa connaissances des langues étrangères et sa passion pour jouer le rôle de guide auprès des visiteurs de passage à la grotte de Nguom Ngao (Grotte des tigres en langue Tày), située non loin de chez lui.

Trois langues étrangères

Outre le Tày, sa langue maternelle, Nông Ich Dam parle couramment vietnamien et se débrouille bien avec trois langues étrangères que sont français, anglais et chinois. « J’ai eu la chance d’apprendre le français pendant trois ans dans une école du district de Trùng Khanh. Après l’arrêt des études, j’ai continué seul », rappelle-t-il. En 1946, le jeune Dam a rejoint l’armée contre les colonialistes français et a eu l’occasion de perfectionner la langue de Molière à travers la lecture de livres et de documents, et la rencontre de Français aussi. « À cette époque-là, j’ai commencé à apprendre le français car j’aimais cette langue sans penser qu’il allait être utile pour moi ultérieurement », explique-t-il.

Après avoir quitté l’armée, son vocabulaire s’est appauvri mais grâce aux rencontres fortuites avec les touristes visitant la grotte de Nguom Ngao, Nông Ich Dam a commencé à l’enrichir de nouveau. Il peut communiquer aisément en français sur des choses simples de la vie quotidienne comme la santé, le travail, la famille. Compte tenu de certaines similitudes entre français et anglais, il se débrouille aussi pas mal dans la langue de Shakespeare.

Nông Ich Dam parle bien chinois. « Pendant des années, j’ai participé à des patrouilles à la frontière Vietnam-Chine et mené de petites affaires commerciales, ce qui m’a permis de rencontrer souvent des Chinois », dit-il. C’est pour cette raison qu’il a aussi un excellent chinois commercial. 


M. Dam habite à un kilomètre de la grotte de Nguom Ngao.