lundi 24 juillet 2017 - 21:43:59

Le tourisme responsable fait son chemin dans la mégapole du Sud

Imprimer

Hô Chi Minh-Ville, 22 janvier (VNA) - «Avec la mondialisation, toutes choses ont tendance à se ressembler. Mais à l’instar du Vietnam, on ne perd pas sa belle culture traditionnelle et ses valeurs particulières qui n’existent nulle part ailleurs. Contemplez l’histoire de votre pays et apprenez-en», a suggéré Peter Semone lors d'un séminaire sur le développement du tourisme responsable à Hô Chi Minh-Ville, tenu le 19 janvier dans la mégapole du Sud.
 
Séminaire sur le développement du tourisme responsable à Hô Chi Minh-Ville, le 19 janvier dans la mégapole du Sud. Photo: CVN

Le tourisme responsable est souvent associé aux rituels religieux, traditionnels, ainsi qu'aux manifestations artistiques et coutumières.

"Je suis venu pour la première fois au Vietnam dans les années 1980. À ce moment-là, Hô Chi Minh-Ville était une ville calme et tranquille, il n’y avait pas beaucoup de cyclomoteurs. Le paysage était très pacifique et agréable. Et aujourd’hui, la ville a énormément changé comme vous pouvez le voir. C’est le sacrifice du développement économique", a partagé Peter Semone, responsable de gestion de Destination Human Capital et président de l’Association du tourisme de l’Asie-Pacifique.

Il a ajouté : "Parlant du Vietnam, on pense au vacarme des klaxons, à l’imprudence des conducteurs, à l’absence de trottoirs, au racolage des clients. C’est ce qu’on retrouve souvent sur les sites Internet, mais aussi ce que mes amis m’ont rapporté".

Pour une croissance durable

Afin de mettre en place un tourisme responsable, Hô Chi Minh-Ville peut étudier le modèle de développement touristique de la ville de Copenhague (Danemark), qui est un symbole du tourisme responsable et durable. Ici, 30% des habitants circulent en vélo et 75% des hôtels à Copenhague s'engagent dans une politique de développement durable. Tous les autres services prennent en considération les critères mondiaux et respectueux de l'environnement.
 
Les touristes dans une rue piétonne à Hô Chi Minh-Ville. Photo: CVN
L’aspect important du développement durable est le respect de l’environnement. Concrètement, Hô Chi Minh-Ville doit par exemple établir un réseau de transports en commun afin de diminuer les embouteillages et la pollution, et d'assurer un accès facile aux trottoirs pour les piétons. De plus, "il faut éliminer les sacs plastiques. À chaque fois que je fais mes courses, j’en accumule une dizaine", a précisé Semone.

"Les touristes, notamment les jeunes, veulent découvrir des paysages originaux ou naturels. Alors, la ville doit profiter des patrimoines et des traditions culturelles dans le développement du tourisme durable", a partagé Nisha Barkathunnisha, directrice gestionnaire et de création de la compagnie de consultation et de formation Elevated à Singapour.

Le tourisme doit aller de pair avec le développement économique. "Le nombre de touristes n’est pas plus important que l’argent qu’on a gagné", a signalé Semone. Et d'ajouter que "la croissance du tourisme concerne tout le monde, chacun est un ambassadeur touristique". D'après lui, "afin d’attirer davantage de touristes, il faut montrer que Hô Chi Minh-Ville possède une bonne qualité de vie".

Lors du séminaire, Trân Vinh Tuyên, vice-président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, a déclaré : "La ville n'est pas satisfaite du nombre de 5,2 millions de voyageurs étrangers en 2016 qui ont contribué à 10% des recettes budgétaires municipales. Elle a pour objectif d'accueillir 6 millions de touristes internationaux en 2017. Mettre en œuvre des politiques de développement durable et donc laisser la priorité à l’éco-tourisme, au tourisme vert et responsable, sont la meilleure solution pour le développement du tourisme de la ville pour 2020 et sa vision pour 2030". – CVN/VNA


 

Vos commentaires sur cet article ...
Autres