jeudi 24 août 2017 - 16:08:58

Le tourisme de Hô Chi Minh-Ville manque de personnel qualifié

Imprimer

Chaque année, Hô Chi Minh-Ville accueille des millions de touristes étrangers et ce nombre ne cesse d'augmenter. Cependant, la faiblesse des qualifications professionnelles, notamment en langues étrangères, du personnel du secteur du tourisme pose beaucoup de problèmes.

Selon une enquête du Centre municipal de prévision des besoins de main-d’œuvre et du marché de l’emploi, d’ici 2020, la mégapole du Sud a besoin chaque année de quelque 21.600 personnes pour son secteur des services, soit environ 8% du total des besoins dans cette ville, dont 10% de niveau universitaire et postuniversitaire.

Les services sont le secteur ayant besoin du plus grand nombre de personnel, de deux à trois fois plus que d’autres secteurs clés comme l’éducation, la santé, la finance, l'immobilier ou les technologies de l’information.

Actuellement, les voyagistes de Hô Chi Minh-Ville essaient d’augmenter leurs embauches pour répondre au programme de promotion du développement du tourisme domestique, surtout en ce 2e trimestre durant lequel la ville organisera de nombreuses activités pour célébrer d’importants événements du pays, outre l’Année du tourisme national 2015 ayant pour thème «Connexion des patrimoines mondiaux».

L’enquête précitée révèle qu’environ 30%-45% des guides et 70%-85% des réceptionnistes ne parlent pas couramment une langue étrangère, surtout le français, le japonais et l’allemand. Et des hôtels luxueux comme les Sheraton, Caravell, New World... ont du mal à trouver du personnel parlant couramment un ou plusieurs langues étrangères.

D’après La Quôc Khánh, directeur adjoint du Service municipal du tourisme, cette faiblesse en langues étrangères entraîne des séjours plus brefs de la part des touristes, ce qui est un manque à gagner pour le secteur, demeurant l’image que cela donne du Vietnam.

«Bên Thành Tourist a été obligé de renoncer à 30% des touristes étrangers, dont allemands, japonais et sud-coréens, du fait du manque de guides qui parlent ces langues», a déploré Nguyên Minh Quyên, un représentant du Centre de services de voyages Bên Thành Tourist.

Hô Chi Minh-Ville compte actuellement une cinquantaine d’écoles de tourisme, mais ceux qui en sortent ne permettent de satisfaire qu’à 60% des besoins réels en personnel. Un taux plus élevé, de fait, car nombre de ces formations sont plus théoriques que pratiques... -CVN/VNA
Vos commentaires sur cet article ...
Autres