vendredi 18 août 2017 - 19:54:52

Le tourisme a besoin d’une nouvelle dynamique

Imprimer

Nombre de sites touristiques vietnamiens figurent parmi les plus attrayants selon diverses enquêtes. Cependant, le nombre de touristes semblait à la baisse ce premier semestre. En cause, notamment, le manque de coopération entre les localités.

Des destinations vietnamiennes comme la baie d’Ha Long, Dà Nang, Hôi An, Hanoi, Phu Quôc, Nha Trang, ou encore Son Doong et Cao Bang, ont été classées parmi les plus attrayantes de la planète. Le Vietnam est d’ailleurs au top 5 des destinations les plus attractives en 2015, selon une enquête d’opinion publiée sur destinia.com. Le journal anglais Telegraph a, quant à lui, inscrit le Vietnam sur la liste des 20 meilleurs pays à visiter.

Le Centre du pays parvient à attirer de nombreux visiteurs étrangers. Suite à un reportage dans Good Morning America de l'émission ABC aux États-Unis, Son Doong est devenu un site touristique populaire. Ses circuits affichent complet jusqu’à la fin de 2015. Récemment, le Parc national Phong Nha-Ke Bàng a été reconnu pour la deuxième fois par l’UNESCO. En outre, la fête Bà Nà Hills 2015, aux couleurs de l’Europe, qui a lieu pendant les vacances d’été, est très animée.

«La promotion touristique manque de professionnalisme»

Les infrastructures touristiques qui voient s’améliorer leur qualité sont aussi de plus en plus nombreuses grâce aux investissements de grands groupes du pays et de l’étranger. Un complexe touristique à Phu Yên, entre par exemple en construction grâce à un fond d’investissement d’un milliard de dollars. Un projet de restauration du port de Chân Mây, capable d’accueillir des navires de plus de 300 m de long et transportant entre 4.000 et 5.000 passagers, est également en cours. Pourtant selon les premiers résultats, le nombre de touristes au premier trimestre serait en baisse.

«Nous devons faire face à de nombreuses difficultés telles le manque de vols directs, de ressources humaines et de financement. Les activités de promotion touristique manquent de professionnalisme. Le processus d’exemption des visas reste lent par rapport à d’autres pays de la région. Enfin, les problèmes d’hygiène alimentaire et le comportement de la population se répercutent sur la qualité des services touristiques et la compétitivité du secteur», indique le chef de l'Administration nationale du tourisme, Nguyên Văn Tuân.

Coopération pour un tourisme plus durable

Des programmes de promotion et de développement du secteur ont été mis en œuvre, mais la coopération entre les localités reste insuffisante. Celle-ci permettrait pourtant de créer un tourisme plus durable dont plus de régions pourraient bénéficier.

La ville de Dà Nang et l’ancienne rue de Hôi An, province de Quang Nam (Centre), ont par exemple vu leur nombre de visiteurs augmenter. Au premier semestre, Hôi An a en effet accueilli plus de 1,1 million de touristes, soit une hausse de 15,25% en glissement annuel. Cependant cette haute n’a pas été répercutée sur d’autres localités du pays.

Les trois provinces de Huê, Dà Nang et Quang Nam se sont alors engagées à réaliser un programme de coopération, mais aucune mesure concrète n’a été mise en place à ce jour. Les régions coopèrent presque uniquement avec les compagnies touristiques de leurs propres provinces. - CVN/VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres