Photo: chetuyenquang.com
Tuyen Quang (VNA) - Dans le district de Hàm Yên, qui est un district rattaché à la province septentrionale de Tuyên Quang, nombre de foyers vivent de la théiculture, à tel point que le thé est devenu l’or vert de la localité. Sur place, la production a été technologisée, l’idée étant de produire un thé de haute qualité, aux normes de bonne pratique agricole du Vietnam (VietGap).

Sur les 2.000 hectares de théieraie dont dispose Hàm Yên, 1.900 donnent déjà du thé. Une bonne productivité, donc, qui s’explique sans doute par le fait que les théiculteurs ont délaissé leurs méthodes traditionnelles pour se mettre aux normes VietGap.

C’est par exemple le cas de Phạm Văn Luận, du village de Bát, qui consacre 3 hectares à la théiculture bio, aidé en cela par les services phytosanitaires de Tuyên Quang et par le comité populaire du district, lesquels ont mis en place un programme de soutien à l’agriculure, aux agriculteurs et à la ruralité.  Phạm Văn Luận est du reste membre d’un groupe de coopérants qui gère 16 hectares de théieraie. A ce titre, il a reçu des aides pour construire un atelier, ainsi que divers équipements. Mais il faut savoir que les membres de son groupe sont tenus de respecter un échéancier précis et une méthodologie qui ne l’est pas moins.

"Pour obtenir du thé bio aux normes VietGap, les coopérants doivent respecter strictement certaines règles concernant les soins, la récolte et le traitement, qui sont soumis à des normes d’hygiène bien précises. Idem pour les variétés de thé: pas question de choisir n’importe laquelle!", a indiqué Phạm Văn Luận.

Phạm Thị Hường est elle-aussi membre de ce même groupe de coopérants depuis 3 ans. 3 ans d’efforts qui sont aujourd’hui largement récompensés puisqu’elle a pu enfin se faire construire la maison de ses rêves, une maison à 2 étages. Elle s’est mise aussi aux normes VietGap, après avoir d’ailleurs reçu quelques cours de formation. Bien lui en a pris car dans la mesure où le kilo de thé aux normes VietGap coûte de 30 à 50 mille dongs de plus que le kilo de thé ordinaire et où elle exploite elle-même 3.000m2, elle gagne désormais plus de 150 millions de dongs par an.

Avant, je pratiquais la théiculture à l’ancienne et le thé s’écoulait difficilement. Mais maintenant, je fais du thé bio qui s’écoule bien et qui se vend à un bon prix. Alors bien sûr, j’ai de bien meilleures conditions de vie.

Les autorités et les habitants de Hàm Yên considèrent la théiculture comme une filière économique de pointe. Aussi, mettent-ils tout en oeuvre pour développer la théiculture bio, qui a en plus le grand mérite de protéger l’environnement.

Nông Huy Tùng, le vice-président du comité populaire du district de Hàm Yên a précisé: "Notre localité pratique la théiculture intensive pour obtenir un thé bio aux normes  VietGap et assurer une production marchande concentrée. Nous avons pu mettre au point un modèle de théiculture aux normes de VietGap dans le village de Bát, dans la commune de Tân Thành. Le label «Làng Bát» est très apprécié sur le marché, aussi bien au Vietnam qu’à l’étranger."

La théiculture aux normes VietGap est de toute évidence une bonne orientation pour Hàm Yên, d’autant plus et d’autant mieux qu’elle rime avec technologisation. -VOV/VNA